Ce n’est pas courant de mesurer un si faible courant .

Posté par stela lourenco le 3rd février 2011 dans Leçons

Galvanomètre Nobili

Le galvanomètre permet la détection d’une faible intensité de courant (ou d’une faible force électromotrice). La sensibilité de l’appareil est la qualité recherchée.

Galvanomètre de Nobili (fabriqué par Ruhmkorff)

(Celui Présenté sous cloche de verre  (en bon état))

Ruhmkorff (Henrich Daniel 1803-1877), mécanicien et électricien allemand est venu travailler

à Paris chez des fabricants d’instruments de précision. Il fonda plus tard à Paris sa propre maison et construisit des instruments électromagnétiques, des galvanomètres, des bobines d’induction (qui portent son nom).

L’appareil présenté a été fabriqué dans ces ateliers.

Il s’agit d’un galvanomètre astatique imaginé en 1826 par Léopoldo Nobili, physicien italien (1787-1835)

Description:

L’appareil comprend deux aiguilles aimantées de pôles opposés, suspendues en leur milieu l’une sous l’autre à un fil soutenu par un crochet fixé à un bouton micrométrique en haut de la potence. Entre les deux aiguilles, il y a un cadran gradué en degrés.

Sous le cadran, l’aiguille inférieure est au centre d’un cadre fixe sur lequel est enroulé un fil de cuivre gainé d’un isolant.

Le bouton micrométrique permet de régler la position de l’aiguille en face de la graduation zéro en l’absence de courant dans le cadre.

L’ensemble est couvert d’un globe de verre pour le protéger des poussières et des courants d’air.

Le cadre fixe est parcouru par le courant à détecter ; Il produit alors un champ magnétique. Sous l’influence de ce champ magnétique l’aiguille aimantée inférieure tourne et entraine l’aiguille supérieure. On peut lire l’angle de rotation sur le disque gradué. La déviation est proportionnelle à l’intensité du courant qui circule dans le cadre.

Les 2 aiguilles aimantées sont orientées en sens inverse et forme ainsi un équipage dit astatique, de cette façon le galvanomètre de Nobili  n’est pas sensible au champ magnétique terrestre.

C’est grâce à l’extrême sensibilité du galvanomètre de Nobili que Carlo Matteucci peut déceler, au début des années 1840, le courant électrique engendré par les muscles.

Galvanomètre à cadre mobile (En mauvais état)

Le galvanomètre à cadre mobile de Déprez et d’Arsonval a été inventé en 1882 par les physiciens Marcel Déprez (1843-1918) et Jacques Arsène d’ Arsonval (1851-1940)

Description:

Il est composé d’un cadre mobile formé par la superposition d’enroulements de formes rectangulaires d’un fil conducteur (cuivre). Un fil fin supérieur et un fil fin inférieur, à la fois élastiques et conducteurs ont pour rôles :

  • de supporter le poids du cadre et de lui fournir un axe de rotation vertical ;
  • de fournir un couple de torsion si le cadre tourne
  • d’assurer une liaison électrique en reliant les deux extrémités du fil constituant le cadre, à une source extérieure par l’intermédiaire de deux bornes.

Le cadre est placé dans l’entrefer d’un gros aimant  fixe en forme de U. Un cylindre de fer doux (creux) dont l’axe coïncide avec l’axe de rotation du cadre, canalise les lignes de champ magnétique.
Fonctionnement:

Lorsqu’il n’y a pas de courant, l’appareil est réglé de sorte que le plan du cadre soit dans le plan de l’aimant.

Lorsqu’un courant traverse le cadre, il tourne dans un sens ou dans l’autre, selon le sens du courant. A mesure que la déviation augmente, la torsion du fil équilibre les actions électromagnétiques. Le cadre atteint une position d’équilibre après avoir tourné d’un angle proportionnel à l’intensité du courant qui l’a traversé.

On mesure l’angle de déviation par une méthode optique, au moyen du petit miroir (qui a disparu sur le modèle présenté)

Les commentaires sont clos.