Le Club Arts & Sciences

 

Sommaire

Le cabinet de Curiosités

 

Retour à la page précédente

Le cabinet de curiosité Scie de poisson scie Triton Diodon Corail (Gorgone) Dragon volant Nautille Coquillages tropicaux Casque Tatou Corail (gorgone) Fanon de baleine étoile de mer Astérina Gibbosa Ophiotrix fragilis Holothurie Anatifes Salamandre Ammonite Oeuf d'autruche Machoire de requin Hache polie, pierre de foudre Egagropile Murex Calcédoine Cristaux Perruche Méduse Diamant de Gould Poisson Coffre Rose de Jéricho Dent de requin fossile, glossopêtre Serpent Gousse de flamboyant Dents de Mastodonte Insectes Fruit du Baobab Oursins

 

NATURALIA

OU CHOSES DE LA NATURE
Monde minéral, Monde végétal, Monde animal

MONDE MINERAL

Il était communément admis que les minéraux participent d’une forme de vie élémentaire , “végétative” et que par conséquent il en existe des semences. Un immense débat transséculaire, qui ne s’achèvera qu’au XIXe siècle, porte en effet sur la génération et la croissance des pierres et ce débat englobe trois problèmes étroitement liés qui intéressent les curieux : celui de la formation des pierres dans le corps de certains animaux (dont l’homme), celui des pétrifications et congélations, celui des fossiles.

  1. Calcédoine
  2. Cristaux : Bernard Palissy (1580) estime que “le commencement et origine de toute choses naturelles est eau” et qu’en particulier tous les cristaux et minéraux à forme régulière viennent de l’eau. Quel que soit le principe durcissant  retenu, on considère assez généralement au XVIIIe siècle que l’eau est à l’origine des minéraux.
  3. Egagropile : Ce sont des boules sphériques d’une couleur obscure, qui se trouvent dans l’estomac et dans les intestins de plusieurs quadrupèdes; c’est un assemblage de poils que l’animal a avalés ou de fibres végétales qui se sont roulés les uns sur les autres; ils sont unis par dehors et velus par dedans. Les Egagropiles font partie des Calculs ou Pierres des animaux (Calculi animalium) comme les Bézoards (pierres feuilletées ou écailleuses qui se trouvent dans différentes espèces). Objets indispensables des cabinets princiers.   On pensait que c’étaient d’excellents remèdes contre les poisons. Lorsqu’un bézoard atteint ou dépasse la grosseur d’un oeuf de poule il constitue un objet d’immense valeur. Même réduit en poudre pour l’usage médical, le bézoard vaut dix fois son pesant d’or.
  4. Le Corail (Gorgone, ici): Son origine suscite de nombreux questionnements. On pensait que c’était une plante pétrifiée et qu’elle avait la propriété d’éloigner les éclairs et la grêle.
  5. Oursins : les oursins fossiles sont considérés comme des oeufs de serpents.
  1. Ammonite : appelée Corne d’Ammon à cette époque
    Fossile très apprécié des collectionneurs à cause de sa forme en corne de bélier, cher au dieu Ammon.
    NB : On reconnaît difficilement les fossiles pour ce qu’ils sont vraiment : des restes d’organismes vivants.  Une des raisons de cette incompréhension réside dans le fait que les organismes dont ils portent la trace constituent des espèces disparues.
    Hypothèse traditionnelle : celle d’une “force plastique” en action dans la Terre.
  2. Hâche polie: Pierres de tonnerre: on les prend pour de éclats de foudre
  3. Mâchoire de requin
  4. Dent de requin fossile: appelée Glossopètre (langue pétrifiée) à l’époque. Ce sont les plus célèbres des pierres figurées. Les dents de requin fossiles sont interprétées comme étant des pierres naturelles qui naissent et croissent en terre. Leur forme les fait rapprocher des langues de serpent, d’oiseau ou de canard pétrifiées. Les tables étaient ornées de languiers qui contenaient des glossopètres que l’on trempait dans son verre et dans sa nourriture, pour enlever le poison.

MONDE ANIMAL

REPTILES

  1. Tatou : apprécié pour son apparence étrange, le tatou est l’un de ces animaux faciles à conserver à cause de sa peau dure. A cette époque, il était classé parmi les reptiles alors que c’est un mammifère.On utilisait l’os de sa queue réduit en poudre contre les maux d’oreille.
  2. Serpent:  Python albinos?
  3. Dragon volant: certains pensaient que les dragons étaient le produit de l’accouplement du serpent et du lézard.  A cette époque on fabriquait de faux dragons avec des raies.
  4. Salamandre à qui l’on prêtait depuis bien des siècles la capacité de survivre dans les flammes. (la salamandre est classée dans les amphibiens actuellement)

COQUILLES ET OISEAUX

Au XVIIe s, on regroupe sous le terme de coquilles, les crustacés (crabe, crevette, homard, etc.), les échinodermes (oursins, étoiles de mer..)et les mollusques (gastéropodes, bivalves, céphalopodes comme les nautiles)

  1. Casque
  2. Murex
  3. Triton
  4. Turbo (poli pour mettre à nu la nacre)
  5. Un ensemble de coquillages tropicaux : Bénitiers, Porcelaines, Mitres, Cônes, Térèbre
  6. Nautile
  7. Anatifes : Les Bernaches ou Bernacles  (oies sauvages) proviendraient de l’éclosion des anatifes (lat. Ana: canard, ferre : porter; crustacés marins ressemblant extérieurement à un mollusque et vivant fixé par un fort pédoncule; ordre des cirripèdes).
  8. Etoile de mer
  9. Astérina Gibbosa
  10. Ophiothrix fragilis
  11. Holothurie
  12. Oeuf et plume d’autruche
  13. Perruche
  14. Diamant de Gould

POISSONS

  1. Poisson coffre
  2. Diodon : Le Diodon, pendu au plafond, avait la réputation de se mettre toujours dans la direction du vent, même s’il n’y avait pas de vent dans la pièce.
  3. Scie de Poisson scie

MONSTRES ET GEANTS

  1. Dent de Mastodonte: elles étaient interprétées comme des dents de géants. Mais on trouvait deux familles de sceptiques. Les uns, les plus nombreux, ne doutaient pas de l’existence des géants, mais mettaient en doute les récits les plus excessifs sur leur taille. Les autres, sceptiques plus radicaux, pouvaient croire que les dents et os géants étaient de simples minéraux, un “jeu de la nature” (“pierres figurées”); mais en général, ils pensaient que ces dents et ossements appartenaient à des animaux.
  2. Mouton mutant :les monstres sont bien représentés dans les cabinets de curiosités : un porc à 8 pattes, une chèvre à deux têtes, deux enfants siamois, un agneau monocule, un pigeon à trois ailes….

INSECTES

L’entomologie de cette époque n’est sans doute pas la partie la plus avancée de la zoologie.

  1. boite de papillons :
    ce sont les insectes les plus recherchés. “Objet ravissant pour louer et admirer par ces créations les merveilles du Créateur”.En France, la liste de curieux donnée par Borel (1649) comprend deux spécialistes de papillons, dont malheureusement on ne sait rien : le Marquis de Rouillac (Louis de Goth, 1584-1662) et Nicolai, qu’E. Bonnaffé a proposé d’identifier avec le théologien dominicain Jean Nicolai (1594-1673).
  2. Boite de coléoptères: 
    On parlait d’escarbots (scarabées) unicornes ou insectes licornes, de cerf-volants….

DIVERS ANIMAUX AQUATIQUES

  1. Sangsue : utilisée pour les saignées médicinales
  2. Méduse
  3. Arénicole

MAMMIFERES

  1. Fanon de Baleine
  2. Crâne d’Homme

MONDE VEGETAL

Les droguiers : plantes sèches, bois racines, fruits exotiques
Les plantes sont collectionnées pour deux raisons :

  • d’une part pour l’intérêt qu’on voue à la botanique, stimulé par la découverte du Nouveau Monde
  • d’autre part pour leurs caractéristiques fabuleuses (qualités médicales et croyances qui leur sont associées)

La plupart des cabinets de curiosités au XVIIe possédaient un herbier.

  1. Rose de Jéricho : C’est un genre de crucifères des régions sablonneuses d’Orient qui se contracte en boule par  temps sec et s’étale à l’humidité.
    On lui attribue les vertus suivantes:
    elle aide les femmes à accoucher en stimulant leur imagination, en les incitant à s’ouvrir et à expulser l’enfant, de même que la plante s’ouvre miraculeusement.
    La rose de Jéricho peut aussi s’ouvrir dans les grandes circonstances.  Sturnius en cite des exemples : en 1577 ou 1578 quand son père a reçu chez lui un hérétique ; lors de la fête de la Présentation de la Vierge en 1603.
  2. Fruit de Baobab
  3. Gousse de Flamboyant

ARTIFICIALIA

Objets créés par l’homme

Les choses artificielles comprenaient quatre sections : chimie, mathématique et une partie de la mécanique, enfin médailles et autres antiquités.

  1.  Médaillons des frères Saint Gelais: (copie des médaillons sculptés de l’ancienne chapelle sépulcrale des Saint-Gelais, remontée au rez-de-chaussée du musée)
    Le médaillon “profil gauche”: Jacques de Saint Gelais Evêque d’Uzès en 1533.
    Le médaillon “profil droit”: Octavien de Saint Gelais Evêque d’Angoulême.
    Tous deux étaient frères de Charles de Saint Gelais, chanoine d’Angoulême, qui bâtit au  début du XVIe siècle le château de Beaulieu dit de Bellejoie.
    En 1573, le château passa à la communauté des Dames de Saint-Ausone, et fut rénové et attribué à l’Ecole Centrale en 1799. Puis cet établissement  scolaire fut complètement rebâti par Abadie pour donner, en 1846, le lycée Impérial qui devint par la suite le Lycée Guez de Balzac.
  2. Gravures :
    “Jean Louis Guez de Balzac de l’Académie Francoise” par jacques Lubin XVIIe s.
    “Vue de l’Abbaye de Beaulieu à Angoulême, dept de la Charente” par Deveize et Baugean, 1817.
    Requin d’après C. Gessner, Historiae animalium…de piscium et aquatilium animantium natura…,1558.
    “Figure de coquillages” in F. Bonanni La ricreazione dell’occhio e della mente, 1681.
    “Capture et préparation des Cétacées” in B. Valentini Museum museorum, 1704-1714.