Retour à la page d'accueil générale
  Tout
 

Toutes les publications (des plus récentes aux plus anciennes)

224 résultat(s)

capture d'écran

Âge roman, parcours en Charente-Maritime

Type : Parcours de découverte (Site ou page web ) Publié : juillet 2011

Classes : CE2 ; CM1 ; CM2 ; 5e ;

Disciplines : Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ; Histoire des Arts : arts de l'espace ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : architecture ; Poitou-Charentes ; Art roman ; moyen-âge ;

Troisième parcours proposé après celui de la Vienne, Âge Roman en Charente-Maritime propose à nouveau une sélection d'édifices d'époque romane à visiter Gps, Smart-Phone, tablette ou netbook à la main.

Le département de la Charente-Maritime est constitué de deux provinces de l'Ancien Régime : la partie occidentale de la Saintonge autour de Saintes, et l'Aunis autour de La Rochelle.

Le développement de l'Aunis s'est fait tardivement grâce à l'exploitation du sel, indispensable à la conservation des aliments et des produits de la pêche.

En revanche, la Saintonge est prospère depuis l'Antiquité, l'autorité des évêques de Saintes assurant la cohésion d'un territoire où pouvaient s'affronter de petites seigneuries. L'art roman s'épanouit sur ce territoire au XIIe siècle. Les églises de campagne ont été construites ou adaptées au goût du jour en reprenant les expériences innovantes d'édifices prestigieux.

À Rioux, nous découvrirons un décor luxuriant, à Marignac une frise sculptée hébergeant tout un monde vivant, à Geay un édifice plus sobre aux détails finis avec une grande élégance. Et, pour souligner l'importance des influences artistiques, nous verrons les églises de Chadenac et de Fenioux dont les programmes iconographiques reprennent celui de Saint-Pierre d'Aulnay, dit « de Saintonge » mais en Poitou à l'époque, et l'église de Surgères, en Aunis, qui s'inspire de Notre-Dame de Poitiers. Enfin, en parcourant les édifices de Pons (donjon, hôpital, églises), nous aurons un aperçu de la vie quotidienne au cours de l'âge roman.

capture d'écran

Portrait de groupe : Nouvelle Calédonie Patrick Mesner...

Type : Retour sur exposition (Site ou page web ) Publié : juin 2011

Classes : Maternelle grande section ; CP ; CE1 ; CE2 ; CM1 ; CM2 ; 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ; Éducation civique, juridique et sociale ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : art contemporain ; Polynésie ; photographie ; muséographie ;

Ce dossier retrace l'exposition temporaire "Kanak, portrait de groupe", consacrée au travail photographique de Patrick Mesner sur la société Kanak. Cette exposition s'est déroulée au musée d'Angoulême du 17 septembre 2010 au 9 janvier 2011.

Patrick Mesner est parti entre 1996 et 2001 en Nouvelle-Calédonie, cinq années au cours desquelles il réalise une véritable immersion dans la société kanak. Cette immersion l'a conduit à la découverte des facettes parfois antagonistes de cette culture, en ce tournant de siècle. Lors de son périple, il parvient à saisir des séquences de vie à la portée significative très forte allant bien au-delà de la scène figurée. Les images photographiques qu'il réalise ne laissent pas indifférent. Elles font surgir des interrogations, créent parfois un certain malaise car interrogent notre passé et les conséquences de l'impérialisme colonial français.

Ce travail documentaire dénote une volonté d'embrasser l'ensemble du monde kanak contemporain. Les photographies sont tantôt des scènes du quotidien d'hommes et de femmes kanak, tantôt des mises en scène de personnalités.

capture d'écran

Bois de renne gravé, site préhistorique magdalénien de La Piscine (Montmorillon, Vienne)

Type : Un regard, une œuvre (Site ou page web ) Publié : mai 2011

Classes : CP ; CE1 ; CE2 ; CM1 ; CM2 ; 6e ;

Disciplines : Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ;

Mot(s) clé(s) : préhistoire ; archéologie ;

À l'occasion des 45 ans de découverte du gisement préhistorique de "La Piscine" à Montmorillon, le Conseil des Musées de Poitou-Charentes et le musée municipal de Montmorillon dévoilent de manière didactique un objet d'art emblématique mis au jour sur ce site.

Ceux que l'on surnomme les "chasseurs-cueilleurs" se sont arrêtés sur les bords de la Gartempe à maintes reprises entre -16 000 et -12 000 ans et nous ont laissé des témoignages sur leur mode de vie.

Ce dossier interactif nous invite à plonger dans cette culture.

capture d'écran

Installation sur une Simca 1301 S : Frédéric Bouffandeau et la Simca 1301 S du musée Auto Moto Vélo

Type : Un regard, une œuvre (Site ou page web ) Publié : mai 2011

Classes : Maternelle petite section ; Maternelle moyenne section ; Maternelle grande section ; CP ; CE1 ; CE2 ; CM1 ; CM2 ; 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Art plastique ; Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : art contemporain ; automobile ; installation ;

Dans le cadre de l'exposition APPEL de PH'ART au musée Auto Moto Vélo de Châtellerault, le plasticien Frédéric Bouffandeau a investi la Simca 1301 S du musée.
Dans cette oeuvre en particulier, et plus largement dans l'approche de l'artiste, tout part d'une forme irrégulière et organique, qualifiée de corolle, et qui lui sert de base pour travailler matière, couleur et lumière.
Osant la confrontation entre art et arts appliqués Frédéric Bouffandeau nous offre avec cette installation la mise en scène synthétique de son travail.

capture d'écran

Patagonie... masques d'Hervé Haon, création contemporaine

Type : Retour sur exposition (Site ou page web ) Publié : avril 2011

Classes : Maternelle petite section ; Maternelle moyenne section ; Maternelle grande section ; CP ; CE1 ; CE2 ; CM1 ; CM2 ; 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Art plastique ; Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ; Géographie ;

Mot(s) clé(s) : art contemporain ; sculpture ; rites et coutumes ; photographie ; muséographie ;

Ce dossier propose un aperçu de l'exposition organisée à Rochefort du 22 octobre 2010 au 20 février 2011.

Les masques créés par Hervé Haon et présentés dans le cadre de cette exposition sont un hommage aux masques traditionnels des indiens Selk'Nam aujourd'hui disparus et qui peuplaient la Terre de Feu.
Ils étaient portés à l'occasion du Hain, un rituel violent où surgissaient et s'opposaient des esprits masqués, souterrains et célestes chargés d'une incroyable puissance et qui infligeaient aux jeunes initiés des épreuves aussi cruelles que dangereuses devant les conduire à la maturité.

Ces masques évoquaient le Koshmenk, l'esprit du ciel dans la cosmogonie Selk'Nam.
Ces Indiens du bout du monde décimés par les colons dans les années 1870-1920 n'ont, hormis de rares fragments de masques, rien laissé à l'histoire si ce n'est quelques vagues remords dans la conscience occidentale.

Cette libre interprétation de leurs masques rituels est une tentative de réhabilitation de ces hommes et de ces femmes, victimes oubliées de ce véritable génocide. Si Charles Darwin les a en son temps traité d'êtres « abjects et misérables », nous savons aujourd'hui, grâce à leurs chants et à leur langue, que leur spiritualité, leurs croyances, leur cosmogonie procédaient d'un sens du sacré élevé et que leur osmose avec la nature, pourtant particulièrement hostile, était bien réelle.

capture d'écran

Deux symboles de la république : Le buste de Marianne et le panneau mémorial du musée d’Airvault.

Type : Un regard, une œuvre (Site ou page web ) Publié : mars 2011

Classes : 4e ; 3e ; 2e ; 1e ;

Disciplines : Histoire ; Éducation civique, juridique et sociale ;

Mot(s) clé(s) : symbole ; Révolution française ;

Ces deux objets, conservés au musée d'Airvault, sont deux exemples à un siècle d'intervalle de l'évolution de l'imagerie républicaine suite à la Révolution française.

Entre le panneau mémorial créé vers 1793 / 1794 dans le contexte des guerres de Vendée et le buste-médaillon de Marianne créé par Marguerite Syamour en 1885 on peut assister à l'évolution des symboles de la république entre la lutte pour la liberté incarnée par les décors de canons et de tambours du mémorial et la promulgation des valeurs humanistes par les devises du buste : « progrès » et « science ».

capture d'écran

D'ombre et de lumière : la restauration de trois silhouettes du cabaret du Chat Noir de Montmartre

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : février 2011

Classes : 4e ; 3e ; 1e ;

Disciplines : Histoire des Arts : arts du visuel ; Sciences physiques ; Histoire des Arts : arts du spectacle vivant ;

Mot(s) clé(s) : moyen-âge ; restauration d'œuvre ; métaux ; théâtre ; spectacle ;

Sous l'impulsion de Rodolphe Salis, le Montmartre de la fin du XIXe siècle voit l'apparition d'un cabaret artistique et littéraire qui fera date dans l'histoire : le Chat Noir. C'est dans le décor exceptionnel de cet établissement que sont présentées entre 1885 et 1887 des pièces de théâtre d'ombre utilisant des silhouettes de zinc découpées dont l'ombre est projetée sur un drap tendu dans un castelet.

Ces silhouettes dessinées par des artistes aussi fameux que Caran d'Ache ou Albert Robida ont été dispersées à la mort de Rodolphe Salis, mais nombre d'entre elles, après une histoire mouvementée sont arrivées dans les collections des musées de Châtellerault dans un état de conservation parfois inquiétant.

C'est leur histoire et la restauration de trois d'entre elles que nous vous proposons de suivre étape par étape dans ce dossier. Ce dossier se base sur le mémoire de fin d'études de Bénédicte Massiot, alors élève de l'Institut National du Patrimoine, département restauration, avec l'aimable autorisation duquel il peut être consulté dans la bibliothèque numérique du site alienor.org

capture d'écran

Sur un air militaire... Retour sur une exposition

Type : Retour sur exposition (Site ou page web ) Publié : janvier 2011

Classes : 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Histoire ; Éducation civique, juridique et sociale ; Histoire des Arts : arts du son ;

Mot(s) clé(s) : rites et coutumes ; musique ; instrument de musique ; vie militaire ;

Ce dossier est un résumé de l'exposition organisée à Saint-Maixent-l'École du 19 octobre 2009 au 27 mars 2010.

Objet de nombreuses réformes et aujourd'hui armée professionnelle, l'institution militaire n'en a pas pour autant oublié ses traditions. Attachée à ses valeurs et à son histoire, elle les perpétue notamment à travers ses activités rituelles dont la musique est un des éléments fondateurs et structurants. La musique militaire regroupe des productions savantes ou populaires, des musiques vocales ou instrumentales, des pièces fonctionnelles ou divertissantes.

Ces productions répondent à des considérations d'ordre purement technique comme n'importe quelle autre musique mais cela va bien au-delà. Destinée à l'origine à galvaniser les troupes puis à embellir le décorum des cérémonies, la musique militaire est devenue le tempo qui rythme la vie du soldat dans son quotidien.

Elle est avant tout ce qui soude le groupe, cohésion indispensable dans une institution comme l'armée, constituée d'hommes et de femmes dévoués au service de la France.

capture d'écran

Le plan-relief de Rochefort

Type : Un regard, une œuvre (Site ou page web Avec contenu vidéo ) Publié : décembre 2010

Classes : 5e ; 4e ; 2e ; 1e ;

Disciplines : Histoire ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : architecture ; ville ; maquette ; Charente ;

S'inscrivant dans la tradition des maquettes de places-fortes initiée au XVIIe siècle pour des raisons à la fois stratégiques et pédagogiques, ce plan-relief réalisé par l'ingénieur de marine Pierre-Marie Touboulic en 1835 présente la ville de Rochefort telle qu'elle apparaissait alors : enserrée dans ses remparts datant du XVIIe siècle et tournée toute entière vers son arsenal où sont construits et armés de nombreux navires de guerre.
Ce plan est un témoin de l'histoire de Rochefort et permet de retracer son évolution depuis la décision prise par Colbert, ministre de Louis XIV, d'implanter un arsenal sur les terres du seigneur de Cheusses.

capture d'écran

SINE QUA NON, David Delesalle

Type : Retour sur exposition (Site ou page web Avec contenu vidéo ) Publié : novembre 2010

Classes : Maternelle petite section ; Maternelle moyenne section ; Maternelle grande section ; CP ; CE1 ; CE2 ; CM1 ; CM2 ; 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Art plastique ; Histoire des Arts : arts du visuel ;

Mot(s) clé(s) : art contemporain ; gravure ;

Ce dossier offre une trace de l'exposition « SINE QUA NON » consacrée à l'artiste contemporain David Delesalle et organisée à Niort du 7 juillet au 31 octobre 2010. Il est le complément de la visite du musée et du catalogue papier édité à l'occasion.

SINE QUA NON, retour sur une exposition... vous propose de (re)découvrir les portraits d'objets, jouets ou légumes, que David Delesalle réalise en gravure sur bois dans des formats monumentaux.

En plus de la présentation des oeuvres et des matrices encrées présentées lors de l'exposition, le dossier rediffuse également la vidéo Mobilis In Mobile présentée pendant l'exposition ; cette dernière montre le processus du tirage d'une des xylogravures les plus imposantes. Enfin, en complément, SINE QUA NON, retour sur une exposition... est aussi l'occasion de vous proposer une vidéo inédite, témoin d'une intervention in-situ de David Delesalle et dans laquelle, face à un public d'enfants, il revient sur son travail et sa démarche.