Retour à la page d'accueil générale
  Tout
 

Rechercher une publication pédagogique


Filtres
Vider

Filtres appliqués

Supprimer Histoire

118 résultat(s)

capture d'écran

De l'influence de Courbet en Saintonge

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : juillet 2019

Classes : 5e ; 4e ; 2e ; 1e ;

Disciplines : Art plastique ; Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ;

Mot(s) clé(s) : peinture ; Réalisme ; paysages ; point de vue ;

À l'occasion du Bicentenaire Courbet nous vous proposons la remise à jour d'une publication. Elle avait initialement fait suite à l'exposition Autour de Courbet en Saintonge qui s'était tenue au musée de l'Échevinage à Saintes du 9 juin au 16 septembre 2007.

Elle retrace le séjour du peintre Gustave Courbet en Saintonge en 1862 et 1863. Lors de ce séjour, il rencontre deux peintres locaux, Louis-Augustin Auguin et Hippolyte Pradelles, qui deviennent ses élèves ; ils seront même rejoints quelques temps par Corot. De ce séjour, et de l'influence qu'aura le maître du paysagisme sur ses deux disciples, émergera la naissance d'une école de paysage en Saintonge.

capture d'écran

Gustave Guillaumet, peintre de l'Algérie

Type : Retour sur exposition (Site ou page web ) Publié : avril 2019

 

Disciplines : Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ;

Mot(s) clé(s) : peinture ; biographie ; Algérie ;

Né le 25 mars 1840, Gustave Guillaumet découvre l'Algérie par hasard alors qu'il devait s'embarquer pour l'Italie. Fasciné par le pays, il lui consacrera sa vie allant jusqu'à vivre comme les Algériens. Au fil de ses séjours prolongés il établit une grande familiarité avec cet espace.

Entre 1862 et 1884, Guillaumet fait dix ou onze voyages, séjournant chaque fois plusieurs mois, parcourant le pays de part en part, vivant tantôt dans les villes, tantôt dans les ksour (villages fortifiés) kabyles ou sous les tentes des nomades.

capture d'écran

La malle du capitaine François

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : décembre 2018

Classes : CM2 ; 3e ; 1e ;

Disciplines : Histoire ; Éducation civique, juridique et sociale ;

Mot(s) clé(s) : portrait ; vie quotidienne ; guerre ;

Cet objet et son contenu, entrés dans les collections du musée de Châtellerault en 1998, racontent l'histoire d'un homme, Pierre François, capitaine dans l'armée française au moment où éclate la Première Guerre mondiale.

La malle est en bois peint. Elle arbore des étiquettes portant des numéros de régiments et abrite les effets du capitaine François, commandant la 19e compagnie du 365e régiment d'infanterie en août 1914. Comme à plus de 18 millions de personnes (civils et militaires) la Première Guerre mondiale lui a coûté la vie. Cette malle avec ses effets personnels est l'ultime reliquaire de cet homme mort dans les premiers jours du conflit.

capture d'écran

Garum, carenum et moretum ou quatre recettes de cuisine

Type : Exposition virtuelle () Publié : novembre 2016

Classes : 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Histoire ; Latin ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : vie quotidienne ; Antiquité ; céramique ; verre ; artisanat ; arts du feu ; archéologie ; cuisine ;

Alienor.org, Conseil des musées et le musée archéologique de Civaux vous invitent à cuisiner… romain.

En quatre recettes filmées et décrites, (re)découvrez une gastronomie étonnante, un véritable voyage dans le temps.

Les recettes présentées dans les vidéos sont issues du livre De re coquinaria “L'art culinaire” d'Apicius (ou “pseudo-Apicius” selon une terminologie scientifique récente), célèbre cuisinier romain qui vécut au début de notre ère.

Elles sont simples, loin de l'extravagance de certains riches Romains comme Lucullus : pas de langue de flamand rose ni de sabot de dromadaire ! Ces recettes se rapprochent du repas ordinaire du Romain.

La cuisine romaine du quotidien est une cuisine peu sophistiquée mais parfumée. Elle se démarque de notre cuisine actuelle par l'usage fréquent d'herbes aromatiques et du miel qui remplace le sucre : elle associe le sucré et le salé, l'aigre et le doux. Les recettes proposées ont été testées et suivent au plus près les textes d'Apicius, afin d'être proches des saveurs et des senteurs de la cuisine romaine. C'est cette cuisine originale et savoureuse que nous vous invitons à découvrir et à faire partager à votre entourage.

Pour poursuivre l'immersion en terre gallo-romaine, l'exposition virtuelle vous présente une sélection de pièces issues des musées de Civaux, Poitiers, Niort et Saintes qui illustrent tant les ustensiles de préparation que les vaisselles simples ou prestigieuses.

Bene sapiat !

capture d'écran

1914-1918 Ici et là bas

Type : Retour sur exposition (Site ou page web ) Publié : avril 2016

Classes : CM2 ; 3e ; 1e ;

Disciplines : Histoire ; Éducation civique, juridique et sociale ;

Mot(s) clé(s) : vie quotidienne ; imprimerie ; vie militaire ; guerre ;

Le musée d'Airvault (Deux-Sèvres) possède parmi ses collections de nombreux exemplaires de la presse nationale datant de la Première Guerre mondiale. En 2014, en collaboration avec les Amis du musée qui ont collecté la correspondance d'une famille airvaudaise entre l'arrière et le front, est née l'exposition Ici et là-bas, aujourd'hui adaptée en exposition virtuelle.
Autour d'Héloïse restée à Barroux, s'échangent les nouvelles de son mari Ernest, maçon de profession, enrôlé en tant que territorial et envoyé à l'arrière, et de son frère Adolphe avec qui elle entretient une correspondance régulière. Son autre frère, Antonin, est tué à Verdun au début de la guerre.
La correspondance d'un dernier protagoniste, Édouard, caporal sur le front, apporte un complément à cette lecture croisée.

capture d'écran

Feu de bivouac dans le désert de Gobi par Alexandre Iacovleff

Type : Un regard, une œuvre (Site ou page web ) Publié : février 2016

Classes : 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Art plastique ; Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ; Technologie ;

Mot(s) clé(s) : dessin ; portrait ; peinture ; automobile ; voyage ; expéditions ;

Découvrez la présentation de ce portrait de groupe, oeuvre d'Alexandre Iacovleff, ainsi que l'évocation de l'aventure humaine et du défi technique auxquels ce dessin fait référence.

Alexandre Iacovleff est l'artiste à qui on confia le soin de capter les lieux et les visages tout au long de la Croisière Jaune. Ce raid initié par André Citroën permit à l'industriel de mettre en avant l'innovation de ses véhicules tout-terrain et de conforter l'image de sa société. Cette exposition virtuelle présente des documents conservés au musée des cordeliers de Saint-Jean-d'Angély, notamment une sélection d'oeuvres d'Alexandre Iacovleff accompagnant le monumental portait en pied qui immortalise les principaux membres clés de cette expédition.

capture d'écran

Pierre Loti et la Grande Guerre

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : septembre 2015

Classes : 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Histoire ; Éducation civique, juridique et sociale ; Histoire des Arts : arts du langage ;

Mot(s) clé(s) : écriture ; Pierre Loti ; guerre ;

Pierre Loti (1850-1923) est un écrivain-académicien, capitaine de vaisseau à la retraite depuis 1910 quand le conflit éclate en 1914. Patriote convaincu dont le fils unique est au front, Loti souhaite mettre ses talents d'écrivain et ses qualités militaires au service de la France. Dans une lettre datée de Rochefort, le 18 août 1914 (puis rendue publique dans Le Figaro du 9 septembre), il écrit notamment :
« Mais qu'il me soit permis d'invoquer l'autre nom que je porte. Tout le monde n'est pas au courant des règlements maritimes, et ne sera-t-il pas d'un mauvais exemple, dans notre cher pays où chacun fait si magnifiquement son devoir, que Pierre Loti ne serve à rien ? Je suis un officier un peu exceptionnel par ma double situation, n'est-ce pas; pardonnez-moi donc de solliciter une mesure d'exception et de faveur; j'accepterai avec joie, avec orgueil, n'importe quel poste me rapprochant de l'ennemi, fût-ce même un poste très en sous-ordre, très au-dessous de mes cinq galons d'or. »
La chose n'est cependant pas aisée : « on n'a pas besoin d'un marin pour défendre Verdun, fût-il académicien » s'insurgera Pétain…

capture d'écran

Léon Henri-Martin, un préhistorien dans la tourmente

Type : Vidéo (Avec contenu vidéo ) Publié : juin 2015

Classes : 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Histoire ;

Mot(s) clé(s) : archéologie ; guerre ;

Une intervention d'André Debénath, professeur honoraire des universités, au musée d'Angoulême.

Léon Henri-Martin (1864-1936), est médecin et archéologue, inventeur de la zooarchéologie et pionnier de la reconstitution de la morphologie de l'Homme de Néandertal.

En tant que médecin il s'est investi aux côtés de la Croix rouge lors du tremblement de terre de Messine en 1908 ou encore lors de l'inondation de Paris en 1910.

Lorsqu'éclate la Première Guerre mondiale il n'est plus mobilisable mais s'engage dans l'armée avec la volonté de monter au front. Il est toutefois affecté à un hôpital militaire du Mans mais sera ensuite admis comme médecin major adjoint de la 3e armée.

Préoccupé par l'hygiène il va s'intéresser aux conditions de vie des soldats dans les cantonnements, aux dispositions inhérentes aux inhumations et, grand amateur de photographie, va documenter son expérience de la guerre.

Il sera chargé d'étudier les conséquences des blessures par explosifs et projectiles pour mieux comprendre les blessures des soldats et mieux appréhender les soins à leur apporter, à cette fin il réalisera plus de 1000 autopsies qui contribueront à faire progresser la médecine.

capture d'écran

L'Empire des sciences ... naturelles

Type : Édition numérisée (Document Acrobat ) Publié : mars 2015

Classes : 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Histoire ; Sciences de la Vie et de la Terre ;

Mot(s) clé(s) : pédagogie ; taxidermie ; collection ; naturalisation ;

Poursuivant son partenariat avec l'Association de Sauvegarde et d'Étude des Instruments Scientifiques et Techniques de l'Enseignement (ASEISTE), Alienor.org, Conseil des Musées vous propose la version électronique de «L'Empire des sciences… naturelles » (édité en 2013, bon de commande pour l'ouvrage imprimé à télécharger sur le site aseiste.org). Cet ouvrage de l'ASEISTE de plus de 400 pages et de 700 photographies, est le fruit d'une collaboration exemplaire entre chercheurs, enseignants et responsables du patrimoine :
- Pascal Duris et Nicole Hulin apportent un éclairage très important sur un domaine pratiquement inconnu qu'est celui de l'histoire de l'enseignement des sciences naturelles, des Écoles centrales jusque vers 1930.
- Guillaume Lecointre nous éclaire sur cette véritable révolution scientifique qu'a été dans les années 1950-1960 la classification phylogénétique comme le souligne parfaitement Jules Hoffmann, président de l'Académie des Sciences, prix Nobel de médecine et physiologie dans sa préface. Il montre bien que cette révolution ne s'est pas faite sans difficulté au niveau de la science mais aussi et encore de nos jours au niveau de l'enseignement. À travers les exemples qu'il emprunte aux objets de ces collections (que nous avons présentées suivant une classification de la fin du XIXe siècle pour respecter leur origine), il nous permet de balayer, à la lumière de ce changement de paradigme, les vieilles idées reçues qui perdurent sur l'Évolution.
- Les collections scientifiques notamment celles du lycée Guez de Balzac à Angoulême renferment un certain nombre d'objets hérités de l'époque des cabinets de curiosités sur lesquels Dominique Moncond'huy nous apporte toute sa connaissance et contribue à démêler ce qui relève du mythe et des réalités chassant ainsi un certain nombre d'idées fausses.
- Le remarquable travail effectué par les élèves du lycée d'Angoulême, sous la direction de Christine Baïer Soubigou, en collaboration avec le musée d'Angoulême, notamment pour la reconstitution d'un cabinet de curiosités, nous démontre tout l'intérêt de préserver, mettre en valeur, exploiter pédagogiquement ces collections. En effet, elles renferment de véritables pièces d'exception comme les clastiques d'anatomie du Docteur Auzoux, les crânes à la Beauchène de la Maison Tramond ou les pièces toutes aussi intéressantes des maisons Deyrolle et Boubée dont les histoires nous sont développées par Margaret Olzeswki, Michel Lemire, François Barral, François Bedel et Francis Gires.

capture d'écran

La peinture flamande et hollandaise dans les musées de Poitiers

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : février 2015

Classes : CM1 ; CM2 ; 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Art plastique ; Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ;

Mot(s) clé(s) : portrait ; allégories ; peinture ; collection ; paysage ;

Les musées de Poitiers conservent un ensemble de tableaux flamands et hollandais de grande qualité. Malgré l'absence de signatures exceptionnelles, la peinture des Pays-Bas du Nord et du Sud est représentée dans sa richesse et ses particularités.

Deux legs importants ont formé le noyau initial de cette collection, celui d'Alexandre Babinet en 1882, et celui de François Rupert de Chièvres en 1887. La politique d'acquisition menée depuis une cinquantaine d'années permet l'enrichissement régulier de ce fonds qui concilie aujourd'hui cohérence et diversité.

La production artistique des XVIe et XVIIe siècles est fortement marquée par l'histoire politique et religieuse. Les guerres de religion qui déchirent les Pays-Bas historiques tracent une frontière entre l'aire culturelle de la Flandre méridionale catholique et celle des Provinces-Unies majoritairement calvinistes au nord. Néanmoins, malgré cette partition confessionnelle, les artistes ne cessent de voyager et leurs oeuvres témoignent de la continuité des échanges stylistiques d'une région à l'autre.