pagne - Pagne postérieur masculin diota

Titre : Pagne postérieur masculin diota
Dénomination : pagne
Auteur - Exécutant : Fali (ethnie)
Désignation
Numéro d'inventaire : 012.1.9
Domaine : costume - accessoires du costume, ethnologie
Matières : coton, laine
Techniques de réalisation : tissé, teinté, brodé
Dimensions et formes : L. 42 ; l. 70
Description : Pagne postérieur masculin de forme rectangulaire. Il s'attachait avec les lanières cousues sur les bords supérieurs qui étaient nouées avec celles du pagne antérieur.Teinture partielle à l'indigo faite localement. Il est brodé de motifs décoratifs dans la partie centrale et supérieure. Les angles supérieurs sont noués pour éviter que le pagne ne vole au vent.
Découverte
Lieu de découverte  - de collecte : Cameroun (Afrique, pays)
Date de collecte, de découverte : avant le 1 janvier 1970
Précision sur la découverte, collecte : Collecté par Jean-Gabriel Gauthier lors de ses missions en pays fali, au Nord Cameroun.
Données sur l'exécution
Lieu de création - d'exécution : Cameroun (Afrique, pays)
Date d'exécution : avant le 1 janvier 1970
Précision sur la genèse : Nord Cameroun, mont Mandara, région de Garoua, village de Ngoutchoumi.
Données sur l'utilisation
Précision sur l'utilisation : Chaque village compte une ou plusieurs tribus alliées dites num banta. Chacune est elle-même formée par l'alliance de plusieurs clans patrilinéaires exogames qui se décomposent eux-mêmes en lignages hiérarchisés suivant l'âge.
Autrefois groupées pour des raisons de sécurité, les habitations ont tendance à se disperser de plus en plus et deviennent des hameaux éloignés parfois de plusieurs kilomètres. Ils ne sont pas pour autant dissociés car si les hommes peuvent changer de lieu de résidence, les morts conservent un habitat fixe. De ce fait, quelle que soit la distance à laquelle se trouve une habitation, elle demeure liée à la parcelle de terre sur laquelle s'élève le sanctuaire clanique de son propriétaire.
Le costume des hommes fali fait lui-même référence à cette appartenance clanique. Les pagnes d'apparat se décomposent en deux parties, antérieure et postérieure, attachées ensemble par de petites lanières. Ils sont réalisés en coton cultivé, tissé et teint localement à l'indigo et ornés de broderies réalisées avec du coton d'importation. Le bleu indigo, le jaune et le rouge sont les couleurs caractéristiques des Fali.
Sur la partie antérieure du pagne tipesu (n°1 et 2) on observe en effet des motifs géométriques brodés qui sont une carte d'identité, pourrait-on dire, de l'individu. Au centre se trouve son blason personnel, sur les côtés les blasons des clans alliés et à la base des broderies à valeur strictement décorative. Seuls les hommes ayant subi l'initiation portent ce type de pagne.
Les pagnes ne sont pas transmissibles d'une génération à l'autre. Chacun fabrique son pagne mais certains étant plus habiles que d'autres, il peut arriver que des commandes leur soient passées, elles seront payées par troc.
La fabrication des pagnes est un travail strictement masculin de la culture du coton familial (disparue aujourd'hui), au filage, au tissage, à la couture, la teinture puis au travail de broderie.
Date d'utilisation : avant le 1 janvier 1970
Précision sur l'utilisation seconde : Pagne d'apparat puis de travail ou de nuit quand il est usé.
Lieu d'utilisation : Cameroun (Afrique, pays)
Utilisateur : Fali
Administration
Localisation de l'objet : Le Musée d'Angoulême (Angoulême, bât.)
Propriétaire : Angoulême propriété de la commune
Date d'acquisition : don en 2011
Service gestionnaire : Le Musée d'Angoulême
Documents et objets liés
Bibliographie : Salaberry E et alii 2012 (Page : 113)
© Alienor.org, Le Musée d'Angoulême

M0818_012-1-9_1 Pagne postérieur masculin diota, Fali, Cameroun, n°012.1.9
Le Musée d'Angoulême


Nous ne donnerons pas suite à vos demandes d'estimation financières, veuillez vous rapprocher des salles de vente ou des commissaires priseurs pour ce type de démarche.
Merci de votre compréhension.