marmite - marmite peleka

Titre : marmite peleka
Dénomination : marmite
Auteur - Exécutant : Fali (ethnie)
Désignation
Numéro d'inventaire : 012.1.123
Domaine : art de la table, ethnologie
Matières : terre cuite
Dimensions et formes : H. 27 ; D. 25
Description : Terre cuite à la panse arrondie et au col évasé. Traces de noir de fumée sur la base
Découverte
Lieu de découverte  - de collecte : Cameroun (Afrique, pays)
Date de collecte, de découverte : avant le 1 janvier 1950
Précision sur la découverte, collecte : Collecté par Jean-Gabriel Gauthier en pays fali, nord Cameroun.
Données sur l'exécution
Lieu de création - d'exécution : Cameroun (Afrique, pays)
Date d'exécution : avant le 1 janvier 1950
Données sur l'utilisation
Précision sur l'utilisation : Les femmes ont l'apanage de la production des céramiques faites de terre, élément femelle par excellence et mère de l'humanité. La poterie est un "ventre" et considérée comme femelle.
Il existe trois techniques de production : on creuse la motte d'argile disposée sur un plateau tournant avant d'égaliser ses parois à la main ; on monte la céramique au colombin ou bien on moule sur une ancienne poterie. On lisse la panse des poteries avec un estaque. Les poteries sont faites, en principe, au début de la saison des pluies mais en fait tout au long de l'année suivant les besoins. Appelées à recevoir un contenu, elles sont une métaphore de la terre s'apprêtant à recevoir graines et pluie.
Les poteries fali sont particulièrement élégantes. Elle n'ont jamais d'engobe et portent un décor uniquement sur l'extérieur ou à l'intérieur du col.
Toutes les femmes sont potières mais certaines, plus douées que d'autres, en font une activité plus dense.

Il existe des poteries de toutes tailles et formes, depuis l'imposante pela utilisée pour les réserves d'eau jusqu'aux fines et délicates amphores djongo. Les marmites peleka servent à la cuisson de la bouillie de mil. D'autres sont destinées à la préparation des sauces, qui sont remuées avec une bâton à sauce. Ce bâton est fabriqué par la mère pour sa fille lorsque cette dernière se marie, ce sera son insigne d'autorité. Si une femme se sépare de son mari, elle emporte son bâton à sauce. Au décès de la mère, c'est la fille aînée qui en hérite. Il est rare que les femmes travaillent le bois mais cet objet est lui produit et utilisé par les femmes exclusivement.
Les poteries à bières de mil prennent place dans la phase finale de la fabrication de la bière. Les Fali cultivent toujours différentes variétés de mils notamment pour la bière brassée à l'occasion des rites de passage, fêtes d'amitié ou de retrouvailles, les funérailles et les rituels d'hommage aux ancêtres.
Le mil rouge est écrasé en farine puis transformé en pâte épaisse par adjonction d'eau bouillante. Cette pâte est mêlée à du levain, étalée et mise à fermenter (on l'arrose régulièrement pour qu'elle reste souple). Au bout de 2 à 4 jours (selon la saison et le climat), on fait bouillir de l'eau, on verse la pâte dans une poterie puis on met de l'eau bouillante dessus et on mélange avec la mouvette en branche d'acacia.
Les femmes font la pâte fermentée et font bouillir l'eau (ce sont elles qui vont chercher l'eau) mais ce sont les hommes qui mélangent la préparation dans la poterie.
La bière est bue par tous y compris les enfants lors des fêtes, les personnes âgées, elles, en boivent plus souvent car cette boisson est censée les fortifier et les maintenir en vie.
Date d'utilisation : avant le 1 janvier 1950
Lieu d'utilisation : Cameroun (Afrique, pays)
Utilisateur : Fali
Administration
Localisation de l'objet : Le Musée d'Angoulême (Angoulême, bât.)
Propriétaire : Angoulême propriété de la commune
Date d'acquisition : don en 2011
Service gestionnaire : Le Musée d'Angoulême
Documents et objets liés
Bibliographie : Salaberry E et alii 2012 (Page : 162)
© Alienor.org, Le Musée d'Angoulême

M0818_012-1-123_1 Marmite peleka, Fali, Cameroun, n° 012.1.123
Le Musée d'Angoulême


Nous ne donnerons pas suite à vos demandes d'estimation financières, veuillez vous rapprocher des salles de vente ou des commissaires priseurs pour ce type de démarche.
Merci de votre compréhension.