sifflet

Dénomination : sifflet
Auteur - Exécutant : Fali (ethnie)
Désignation
Numéro d'inventaire : 012.1.182-1 à 5
Domaine : ethnologie, musique
Appellation vernaculaire : peïgam
Matières : terre cuite
Dimensions et formes : 012.1.182-1 : L. 7 ; D. 5
012.1.182-2: L.6,5 ; D. 4,5
012.1.182-3 : L.5,5 ; D. 4,5
012.1.182-4 : L. 6 ; D. 4
012.1.182-5 : L.4,5 ; D. 4
Description : 5 sifflets en terre cuite de forme oblongue percés de part en part
Découverte
Lieu de découverte  - de collecte : Cameroun (Afrique, pays)
Date de collecte, de découverte : avant le 1 janvier 1965
Précision sur la découverte, collecte : Collecté par Jean-Gabriel Gauthier à Ngoutchoumi en pays fali, nord Cameroun.
Données sur l'exécution
Lieu de création - d'exécution : Cameroun (Afrique, pays)
Date d'exécution : avant le 1 janvier 1965
Précision sur la genèse : Ces sifflets sont fabriqués par des femmes.
Données sur l'utilisation
Précision sur l'utilisation : La musique occupe une place très importante dans la vie sociale et religieuse des Fali.
Il existe tout un champ de mélodies libres, de chansons satiriques et d'improvisations vocales ou instrumentales mais en dehors de cela, la musique est une expression des valeurs religieuses et sociales et demeure régie par des règles.
La musique vocale comprend des chants de travail (une simple phrase répétée et rythmée par des tambours), les chants satiriques, les chansons d'amour accompagnées ou non à la harpe et les chants de guerre. Dans la musique instrumentale il faut distinguer celle dont le caractère est sacré de la musique profane.
Les fali ne classent pas leurs instruments selon leurs structures mais selon leur usage : '"ceux de la mort" tambours à trois et quatre pieds et sifflets de bois et d'écorce simples ; "ceux de l'amitié et de l'amour" harpe arquée, flûte droite et tube à anche vibrante ; "ceux des génies" sifflet à deux trous et sifflets simples en terre cuite ; "ceux du chef" trompe et cornes ; "ceux de la guerre" sifflets simples, trompe et tambour d'aisselle et "ceux des ancêtres sacralisés" bracelets sacrés, cloche double et sistre.
Considérés comme des êtres vivants, les instruments sont différenciés également d'un point de vue sexuel. Cette nature réside soit dans leurs parties constitutives, soit dans les sons qu'ils émettent.
Date d'utilisation : avant le 1 janvier 1965
Précision sur l'utilisation seconde : Ces sifflets funéraires étaient toujours joués ensemble par des hommes, chacun ayant un son propre lié à sa taille. L'usage est ancien car des objets équivalents ont été trouvés dans d'anciennes nécropoles. Ils sont toujours en usage.
Lieu d'utilisation : Cameroun (Afrique, pays)
Utilisateur : Fali
Administration
Localisation de l'objet : Le Musée d'Angoulême (Angoulême, bât.)
Propriétaire : Angoulême propriété de la commune
Date d'acquisition : don en 2011
Service gestionnaire : Le Musée d'Angoulême
Documents et objets liés
Bibliographie : Salaberry E et alii 2012 (Page : 182)
© Alienor.org, Le Musée d'Angoulême

M0818_012-1-182-1 à 5_1 Sifflets en terre cuite Peïgam, Fali, Cameroun, n° 012.1.182-1 à 5
Le Musée d'Angoulême


Nous ne donnerons pas suite à vos demandes d'estimation financières, veuillez vous rapprocher des salles de vente ou des commissaires priseurs pour ce type de démarche.
Merci de votre compréhension.