bouteille - Bouteille sphérique sur pied

Titre : Bouteille sphérique sur pied
Dénomination : bouteille
Désignation
Numéro d'inventaire : 2007.0.6.117
Autre n° : B 3843
Domaine : verrerie, archéologie
Typologie : Isings 104a, T 101a
Matières : verre
Techniques de réalisation : soufflé
Dimensions et formes : H. 14 cm; D. max. 7,7 cm; E. 0,5 à 0,8 cm
Description : Inhumation en cercueil de bois recouvert de tuiles. Sujet féminin âgé. Parmi le mobilier associé à la bouteille, une cruche en céramique "à l'éponge" Raimbault XI, une jatte en terre noire apparentée au type Raimbault V, un pot à fond plat, un nummus de Constantin Ier déposé avec des oeufs dans une coupe en verre Isings 117 (cat. n°192), une coquille de buccin. La bouteille avait été placée à droite de la tête.
Verre très fin incolore avec bulles et filandres.
Soufflage à la volée suivi de la mise en forme. Découpage de l'embouchure au ciseau. Pose du pied annulaire. Application de cabochons bleus à chaud: trois petits et trois grands disposés en triangle sur deux rangs. Trace du pontil.
Incomplète. Lacunes dans la panse.
Découverte
Lieu de découverte  - de collecte : la Cataudière (Availles-en-Châtellerault, l.d.)
Date de collecte, de découverte : en 1838
Inventeur de l'objet : La massardière
Millet M.
Précision sur la découverte, collecte : "Les Minaires" à La Cataudière; tombe sous tuiles d'une femme âgée.
Déjà très répandues en Poitou pendant le Haut-Empire, les tombes sous tuiles - contrairement à ce que l'on observe ailleurs, dans la basse vallée du Rhône ou en Armorique, par exemple, et en dépit de leur caractère peu onéreux - semblent disparaître des nécropoles urbaines du Bas-Empire du Centre-Ouest, tandis qu'elles s'y rencontrent encore en milieu rural au IVe siècle (Availles-en-Chatellerault, Jazeneuil, Loubillé, Louin, Montamisé...). Le Moyen-Âge héritera de cette longue tradition romaine, comme le relèvent à Poitiers les tombes proches de l'église Saint-Porchaire.
Deux tombes à inhumation de ce type, découvertes à La Cataudière en 1838, à proximité de substructions très importantes (2 hectares), ont livré un mobilier permettant de les attribuer avec certitude au IVe siècle. L'une de ces inhumations avait été déposée dans un coffre quadrangulaire entièrement construit en tegulae. Un bol de type Raimbault IV en céramique dite "à l'éponge" constituait l'unique dépôt effectué près du corps.
L'autre sépulture était protégée par un cercueil de bois fermé par un couvercle de tegulae posées à plat et maintenues par des blocs de pierre. Le squelette, orienté sud-est/nord-ouest, en position de decubitus dorsal, fut identifié comme étant celui d'une femme âgée. Voici la composition du mobilier qui lui était associé:
1) A gauche du crâne: une cruche en céramique "à l'éponge" de type Raimbault XI;
2) A droite du crâne: un flacon de verre incolore à cabochons bleus de type Isings 104;
3) Sous l'aisselle droite: une terrine en céramique "à l'éponge" de type Raimbault V, à l'engobe détérioré, qui contenait:
4) Une coupe apode en verre incolore à dépressions, de forme Isings 117;
5) L'obole à Charon consistait en un numus de Constantin I frappé à Trèves en 332-333 retrouvé dans la coupe avec des débris de coquilles d'oeufs;
6) Près de la hanche droite: un vase à panse globulaire en céramique commune;
7) Près des pieds: une coquille de buccin (buccinum undatum), mollusque gastéropode très fréquent sur le littoral de l'océan.

Quelles qu'aient été les croyances de la défunte et de ses proches, ce dispositif rituel correspond parfaitement aux usages païens. On remarquera, en particulier, le symbolisme exprimé par la présence des oeufs, de la monnaie et du coquillage.
Type de découverte : fouilles
Données sur l'exécution
Siècle ou millénaire : 4e siècle
Précision sur la genèse : Les bouteilles Isings 104a se distinguent du type 104b plus abondant par la présence d'un pied annulaire. Les découvertes effectuées en Occident sont essentiellement funéraires mais il est probable que ces vases ont eu leur place initialement sur la table parmi les récipients destinés à verser. Apparus dès le IIIe siècle, ils ont connu un grand succès au IVe siècle où nombre d'entre eux se couvrent alors de cabochons comme sur le vase d'Availles-en-Chatellerault, de filets rapportés à chaud, de motifs gravés ou de dépressions. Leur usage persiste jusqu'au Ve siècle. On les rencontre majoritairement dans l'est de la Gaule et en Rhénanie où ils avoir été produits. Ce vase est une pièce apparemment sortie des officines de Cologne, en Rhénanie, spécialisées dans la fabrication de la verrerie à décor de cabochons.
Précision sur la datation : 2e moitié du 4e siècle
Données sur l'utilisation
Utilisation : mort et enterrement
Lieu d'utilisation : la Cataudière (Availles-en-Châtellerault, l.d.)
Administration
Localisation de l'objet : musée Sainte-Croix (Poitiers, bât.)
Propriétaire : Poitiers propriété de la commune
Date d'acquisition : don en 1875
Ancienne appartenance : Le Touzé De Longuemar Alphonse-Pierre-François avant 1875
La massardière en 1838
Service gestionnaire : musée Sainte-Croix
Documents et objets liés
Bibliographie : Simon-Hiernard D 2000 (Page : P. 182, n°102)
Romains et Barbares Poitiers 1989 (Page : P. 100)
© Alienor.org, Musées de la ville de Poitiers et de la Société des Antiquaires de l'Ouest

M0852_2007-0-6-117_U2007-4963 Availles-en-Châtellerault (Vienne), fragment de bouteille, verre, 4e-5e siècle.
Musées de la ville de Poitiers et de la Société des Antiquaires de l'Ouest


Nous ne donnerons pas suite à vos demandes d'estimation financières, veuillez vous rapprocher des salles de vente ou des commissaires priseurs pour ce type de démarche.
Merci de votre compréhension.