Luxe, sport et souvenirs, les achats et dons récents du musées Auto-Moto-Vélo

Vue de côté de la Suzuki RE5 à moteur rotatif de 1974

La suzuki RE5

Ce moteur a équipé des voitures et des motos mais la première crise pétrolière compromet son avenir. Dans le domaine de la moto, les 4 constructeurs japonais ont réalisé au début des années 70 des prototypes équipés de moteur rotatifs, cependant seul Suzuki est allé jusqu’au bout en commercialisant une moto à moteur rotatif : la Suzuki RE5. Trois autres constructeurs européens ont produit en série des motos à moteur à piston rotatif : Van Veen, Hercules et Norton. Cette moto a été un échec commercial pour Suzuki. En France, seules 90 machines ont été vendues. Il en reste 50 référencées actuellement sur l’ensemble du territoire.

Dans son parcours chronologique, le musée Auto Moto Vélo consacre un espace au moteur rotatif : il  présente deux voitures (la NSU Spider de 1965 et la Citroën M35, prototype produit entre 1969 et 1971) et une manipulation montrant le fonctionnement d’un moteur rotatif. L’achat de la moto Suzuki RE5 a pour intérêt de compléter cet espace en exposant un autre type de véhicule assez rare : une moto à moteur rotatif. En France, une seul musée possède et expose une moto équipée d’un tel moteur : la moto Wankel de la marque Hercules (inv. 40657-0000) entrée au Musée national des arts et métiers en 1988. Fabriquée en 1975 par Fichtel-Sachs (République Fédérale d’Allemagne), elle a pour particularité d’être équipée d’un moteur horizontal à piston à base triangulaire rotatif de cylindrée rapportée à 294 cm3.