affiche pour les cognacs Otard Voir la fiche de l'objet dans une nouvelle fenêtre. Les glaneuses de maïs, lithographie signée Détail de l'illustration Signature de Louis Lessieux apposée sur cette reprographie intitulée "les glaneuses de maïs île d'Oléron". zoom sur l'image Voir la fiche de l'objet dans une nouvelle fenêtre.

Louis Lessieux, illustrateur

Après ses études, Louis Lessieux fonde un petit atelier, 3 Villa Brune dans le 14e arrondissement de Paris, avec ses anciens camarades de l’École des Arts Décoratifs et quelques anciens élèves du peintre Luc-Olivier Merson (1846-1920). L’atelier, spécialisé dans la publicité pour les produits de consommation courante, se nomme « Les Arts Réclames ».

À la fin du XIXe siècle, le père de Louis Lessieux, Ernest Lessieux, (1848-1924), aquarelliste et fusiniste, obtient un marché auprès de la Compagnie Générale Transatlantique pour laquelle il réalise des « portraits de bateaux » édités sous forme de cartes postales. Son fils l’aidera très tôt (avant 1904) dans ce travail et prend petit à petit le relais. Louis Lessieux compose également des affiches pour la Compagnie Générale Transatlantique, les chemins de fer de l’Est, d’Orléans et du Midi et le Paris-Lyon-Méditerranée, l’Aéro-Club de France, le Cognac Otard, les automobiles De Dion-Bouton… Louis Lessieux, publiciste réalise aussi des cartes pour la Musculosine Byla...

Bien des années plus tard, dans les années 1930, après des placements financiers malheureux, Louis Lessieux cède les droits de certaines de ses aquarelles aux imprimeurs-éditeurs Oberthur à Rennes et Bernard Sirven à Toulouse. Plusieurs calendriers (Almanach des Postes et des Télégraphes) représentant notamment des paysages oléronnais sont édités par Oberthur de 1935 à 1940.

L’affiche touristique de l’île a été imprimée par Sirven à Toulouse.
Louis Lessieux vendait aussi des reproductions de ses dessins et de ses aquarelles. Elles étaient souvent signées au crayon par l’artiste (mais non numérotées) pour leur conférer une plus forte valeur commerciale. Ces séries étaient surtout vendues sur l’île d’Oléron et à La Rochelle.