Retour à la page d'accueil

Texte complet

Une douloureuse réalisation

En 1936, le syndicat d’initiative de Boyardville passe commande à Louis Lessieux (1874-1938) d’une affiche touristique à la gloire du territoire et pour la promotion de l’île d’Oléron.

Il réalise cette affiche, dans son style, à son atelier rue du Colombier à La Cotinière sur la commune de Saint-Pierre d’Oléron. Atteint d’un glaucome, Louis Lessieux l’exécute à grand-peine.

L’œuvre finie, sa seconde épouse, Marie-Louise Portmann, souffrant d’une grave dépression, se rendit dans l’atelier et déchira l’affiche sans dire un mot. Elle se suicidera le lendemain de Noël de la même année.

Louis Lessieux reconstitua la forêt et les personnages mais resta incapable, en raison de ses problèmes de vue, de refaire le lettrage. Finalement, son élève, Pierre Énard, figure locale de La Cotinière termina l’affiche.

L’île Lumineuse

L’affiche présente et vante l’ensemble des richesses de l’île d’Oléron. La lumière éclatante, la douceur du climat sont mises en avant. Louis Lessieux n’oublie pas ses sujets favoris. Ainsi, la barque de pêche représentant l’activité maritime à La Cotinière se retrouve régulièrement dans ses compositions. Louis Lessieux, captivé par les canots, en fait souvent son sujet principal et les réalise avec beaucoup de détails aux dépens du ciel et du reste servant uniquement de cadre.

Il en est de même pour la sirène, positionnée sur la commune de Saint-Trojan. Cette sirène aux cheveux longs, il l’a déjà exécutée, au tout début des années 1930, pour la réalisation du décor de la petite salle de l’hôtel-restaurant de l’Horizon à La Cotinière.

Louis Lessieux, illustrateur

Après ses études, Louis Lessieux fonde un petit atelier, 3 Villa Brune dans le 14e arrondissement de Paris, avec ses anciens camarades de l’École des Arts Décoratifs et quelques anciens élèves du peintre Luc-Olivier Merson (1846-1920). L’atelier, spécialisé dans la publicité pour les produits de consommation courante, se nomme « Les Arts Réclames ».

À la fin du XIXe siècle, le père de Louis Lessieux, Ernest Lessieux, (1848-1924), aquarelliste et fusiniste, obtient un marché auprès de la Compagnie Générale Transatlantique pour laquelle il réalise des « portraits de bateaux » édités sous forme de cartes postales. Son fils l’aidera très tôt (avant 1904) dans ce travail et prend petit à petit le relais. Louis Lessieux compose également des affiches pour la Compagnie Générale Transatlantique, les chemins de fer de l’Est, d’Orléans et du Midi et le Paris-Lyon-Méditerranée, l’Aéro-Club de France, le Cognac Otard, les automobiles De Dion-Bouton… Louis Lessieux, publiciste réalise aussi des cartes pour la Musculosine Byla...

Bien des années plus tard, dans les années 1930, après des placements financiers malheureux, Louis Lessieux cède les droits de certaines de ses aquarelles aux imprimeurs-éditeurs Oberthur à Rennes et Bernard Sirven à Toulouse. Plusieurs calendriers (Almanach des Postes et des Télégraphes) représentant notamment des paysages oléronnais sont édités par Oberthur de 1935 à 1940.

L’affiche touristique de l’île a été imprimée par Sirven à Toulouse.
Louis Lessieux vendait aussi des reproductions de ses dessins et de ses aquarelles. Elles étaient souvent signées au crayon par l’artiste (mais non numérotées) pour leur conférer une plus forte valeur commerciale. Ces séries étaient surtout vendues sur l’île d’Oléron et à La Rochelle.

La question de la signature

Ernest Louis Lessieux prénommé « Louis » portait le même prénom que son père (Louis Ernest Lessieux) prénommé « Ernest » mais seul le prénom usuel est inversé. Dès lors, l’identification de leurs œuvres respectives peut-être rendue difficile. De nombreuses confusions pour l’attribution des œuvres sont souvent constatées. Il est parfois pratiquement impossible, sans se référer à la signature, de savoir qui du père ou du fils les ont réalisées.

Cette complexité est renforcée par le fait que Louis Lessieux a repris exactement la même forme d’écriture de son père pour signer. Il utilisait principalement deux signatures : E. Lovis Lessieux et E.L. Lessieux avec une forme très particulière du s en z inversé et le u du prénom en forme de V. Deux autres signatures, plus rares, sont ELX, également L Lessieux et Louis Lessieux se retrouvant sur des cartes postales ou des affiches.

L’affiche touristique de l’île d’Oléron est une exception car elle porte uniquement le nom Lessieux précédé et suivi d’un trait à l’horizontale. L'affiche est conservée au Musée de l'île d'Oléron.

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org | plan | aide | Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'