Chapiteau aux dragons

Architecture civile et vie quotidienne

Vie quotidienne

Après l'an mil, les grandes familles aristocratiques de l'époque carolingienne se maintiennent au sommet de la hiérarchie sociale. Elles occupent désormais de manière héréditaire les anciennes charges administratives de comtes et de vicomtes et placent leurs cadets à la tête des évêchés et des grands monastères.
L'aristocratie de rang inférieur manifeste des origines plus diverses. Elle comprend des cadets de grandes familles, d'importants propriétaires fonciers, des cavaliers constituant la milice armée des grands ou des gestionnaires de leurs domaines.

Les Xe - XIIe siècles ne constituent pas la période « d'anarchie féodale » longtemps décrite par les historiens. Les relations avec l'Église comme le recours à la violence sont étroitement codifiés et c'est surtout la négociation qui permet de maintenir les équilibres sociaux.

Quelle que soit sa diversité, ce groupe dominant se distingue des autres par son mode de vie et ses représentations. Comme toutes les élites guerrières, il exalte la bravoure à travers le combat et la chasse. Il entretient un large et complexe réseau d'alliances qui favorise à la fois son prestige et ses ambitions. Le parrainage des jeunes, des mariages très calculés et la commémoration des ancêtres communs viennent encore renforcer ces liens.

Luc Bourgeois
Maître de conférences d'archéologie médiévale
Centre d'études supérieures de civilisation médiévale
Université de Poitiers

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'
Chapiteau représentant les quatre évangélistes : Matthieu, Marc, Luc et Jean