Chapiteau aux dragons

Architecture civile et vie quotidienne

La diversité des résidences aristocratiques

Entre le Xe et le XIIe siècle, les châteaux se multiplient mais changent de nature. Les anciennes forteresses publiques, créées par l'État carolingien et confiées à des officiers, restent rares et leur organisation est d'ailleurs mal connue (Marcillac, Thouars). Les représentants du pouvoir public (comtes, vicomtes, évêques) en construisent de nouvelles mais d'autres personnages (notamment de grands propriétaires fonciers) les imitent progressivement.

En réalité, il existe toute une hiérarchie dans ces résidences de l'aristocratie. Les châteaux majeurs (Chauvigny, Loudun, Melle), combinant plusieurs enceintes, sont de très vastes sites dans lesquels le seigneur vit avec certains de ses chevaliers, leurs familles et leur domesticité ; ce sont donc des ensembles très composites d'un point de vue social, qui associent des habitats d'envergure et de qualité variables (palais, tours, maisons avec ou sans étage).
D'autres sites fortifiés sont plus modestes, organisés autour de la seule résidence du seigneur et des siens, sur une motte, un rebord de falaise ou une extrémité d'éperon. Certaines résidences aristocratiques, enfin, n'étaient pas fortifiées : c'est le cas d'un palais comme celui des Taillefer à Angoulême ou des nombreuses « maisons nobles » rurales que l'archéologie met au jour depuis quelques années ; ces demeures aux champs, associant un habitat somme toute modeste (une bâtisse en bois ou en pierre), un espace souterrain, de nombreux silos et un embryon de fossé périphérique, étaient occupées par des résidents d'une certaine aisance, à en juger par le mobilier retrouvé en fouille (Villiers-en-Plaine).

Les plus dynamiques de ces sites, souvent tenus par de puissants seigneurs et bien placés sur les axes commerciaux, évoluent rapidement en petites villes (Loudun, Cognac, Barbezieux, Pons).

Luc Bourgeois

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'
Chapiteau dit de la dispute