Chapiteau géminé aux acrobates

Un Moyen Âge réinventé

Les églises d'Airvault et de Saint-Jouin-de-Marnes : les restaurations réalisées ou envisagées par les architectes Loué et Déverin

La création des Monuments historiques

À la suite des nombreuses destructions pendant la Révolution française, est créée en 1790 une première commission des Monuments. En 1794 suit le « rapport sur les destructions opérées par le vandalisme et les moyens de les réprimer » par l'abbé Grégoire. Cependant, l'institutionnalisation de la conservation du patrimoine ne prend effet véritablement qu'à partir de 1830, sous le ministère Guizot, avec la création de l'Inspection des Monuments historiques, confiée d'abord à Ludovic Vitet puis à Prosper Mérimée.

Créée en 1837, la commission des Monuments historiques se réunit pour la première fois le 11 janvier 1838. Le Service des Monuments historiques s'organise. Afin de répondre aux exigences de sa spécificité, un « corps d'architectes spécialisés dans la restauration des monuments historiques » voit le jour, à raison d'un architecte par département. Ainsi, dès 1840, Pierre Théophile Segrétain devient interlocuteur pour le département des Deux-sèvres jusqu'en 1852.

Le 20 mai 1840, la liste des 943 monuments classés est adressée au Ministre de l'intérieur : y figurent, en Deux-Sèvres, l'église abbatiale d'Airvault et l'église de Saint-Généroux. En juillet, Mérimée continue son inspection et visite avec Segrétain quelques monuments des Deux-Sèvres dont les églises d'Airvault (et le pont médiéval de Vernay), de Saint-Jouin-de-Marnes et de Saint-Généroux. L'église de Saint-Jouin-de-Marnes ne sera classée qu'en 1862 ; son état est tel que Prosper Mérimée doute de l'intérêt des restaurations sur cet édifice presque ruiné.

Les architectes départementaux cumulent les fonctions d'architectes nommés par l'État et d'architectes diocésains. En 1893 a lieu le premier concours d'architecte en chef des Monuments historiques. Après la séparation de l'Église et de l'État, les architectes diocésains disparaissent. Plus tard viendront les premières réglementations relatives au classement (loi du 30 mars 1887 – loi de 1913) et à l'inscription à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques (loi du 23 juilet 1927). Depuis 2005, le code du patrimoine regroupe tous les textes réglementaires relatifs au patrimoine (monuments historiques, archéologie, musées, archives,…) Les immeubles classés ne peuvent être détruits ou déplacés. Ils ne peuvent être restaurés ou faire l'objet de travaux que sous le contrôle scientifique et technique de l'État.

Séverine Gilbert
musée d'Airvault

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'
Chapiteau géminé à décor de ruban perlé et tailloir