Chapiteau représentant des animaux extraordinaires affrontés dans des rinceaux

Le monde des églises

Bâtiments disparus de Poitiers : l'abbaye Sainte-Croix

L'abbaye Sainte-Croix

Édifiée à l'intérieur de l'enceinte et aux abords du groupe épiscopal, l'abbaye féminine dédiée à la Sainte Croix a été fondée par Radegonde, épouse de Clotaire Ier, dans le troisième quart du VIe siècle. Sa règle, celle de saint Césaire d'Arles, qui prônait une rigoureuse pauvreté et la célébration quotidienne de l'office, est observée jusqu'à l'époque carolingienne.
Au début du IXe siècle, les moniales de Sainte-Croix vivaient probablement déjà sous la règle de saint Benoît ou peut-être sous les deux observances, comme le suggèrent les textes. L'immunité de leur abbaye est énoncée dans le De monasterio Sanctae Crucis Pictavensis. À cette même période, l'ensemble des bâtiments monastiques, réorganisés par Louis le Pieux entre 822 et 824, est détruit par les Normands.

Figure sculptée en forme de cervidé ayant servi d'élément de fontaine

Figure de fontaine : cervidé

Cette œuvre sculptée a été trouvée hors contexte archéologique à une centaine de mètres du baptistère Saint-Jean de Poitiers, près des vestiges de l'abbatiale romane de Sainte-Croix, dans des déblais contenant des fragments lapidaires antiques. Le cervidé a été découvert cassé, les oreilles et les bois de la tête manquant. L'identification de la sculpture comme élément de fontaine est évidente puisque trois trous percés au niveau de la bouche et des narines communiquent avec un conduit qui traverse tout le corps en ressortant sous le socle servant d'appui à l'animal.

Archivolte : 25 claveaux sculptés d'animaux fantastiques (griffons)

Entre la Loire et la Gironde, les portails sont dépourvus de tympans. Les voussures deviennent l'emplacement privilégié pour les sculpteurs qui créent souvent des programmes iconographiques complexes. L'adaptation du décor aux archivoltes a été l'une des grandes réussites des artistes du XIIe siècle en Poitou. Ils ont en effet très souvent repris le même motif simple en le répétant sur toute une voussure ou sur le cordon la cernant. Les contraintes du cadre architectural, formé de claveaux, obligent les sculpteurs à représenter leurs figures de deux manières différentes. Elles peuvent soit accompagner le tracé de l'archivolte avec la courbe de leurs corps, soit être réalisées de manière rayonnante. Cette dernière technique, aussi appelée « voussure-éventail », très poitevine et pour laquelle chaque claveau correspond à une unique figure, est celle qui a été utilisée ici. Les sculpteurs ont alors développé les images de chimères, d'animaux et de personnages étranges, en relation avec une symbolique chrétienne.

archivolte à 25 claveaux
© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'
Chapiteau géminé à décor de ruban perlé et tailloir