Chapiteau géminé à décor de ruban perlé et tailloir

Du romain au roman

Figures et personnages : Bustes, visages et masques

Parmi les nombreuses représentations humaines ou anthropomorphes léguées par le monde romain, certaines semblent avoir directement suscité des créations romanes originales, en particulier en Poitou-Charentes. Il n'est pas rare de trouver dans les productions sculptées du monde gallo-romain des chapiteaux de type corinthien, des bas-reliefs à rinceaux dans lesquels s'insèrent des visages, des bustes ou des figures en pied. Cette variante du végétal « habité » a inspiré des formules romanes assez heureuses, soit sur des chapiteaux, soit sur des frises d'archivoltes, voire des modillons. Un chapiteau de Saint-Hilaire de Poitiers daté du XIe paraît très fortement imprégné du souvenir de quelque version antique d'un putto, figure enfantine très prisée dans les décors romains, ici vêtu d'une cape et tenant un bâton, sur une corbeille de type corinthien.

D'autres sculptures, réalisées au XIIe siècle, se réfèrent plus ou moins directement à de tels sujets, parfois réduits à de simples visages apparaissant dans des feuillages, selon un type bien connu dans la sculpture gallo-romaine, et dont un exemple, certes discret, du musée de Saintes, vient compléter une série plus parlante conservée à Angoulême.
Les masques de théâtre, plus ou moins grimaçants, les masques funéraires des mausolées ou des couvercles de sarcophages, mais sans doute aussi les portraits de défunts en buste des stèles et mausolées ont pu être à l'origine, au milieu du XIIe siècle, d'un type de représentation adapté aussi bien aux chapiteaux qu'aux modillons. Ces modèles peuvent se combiner à certaines têtes de divinités locales du monde gaulois dont le culte s'est poursuivi dans la société gallo-romaine. Sur l'un d'eux, présent dans les collections lapidaires du musée, les oreilles en pointe très caractéristiques peuvent être mises en relation avec des masques grimaçants dont un groupe d'églises saintongeaises apparentées à celle d'Aulnay possède plusieurs spécimens remarquables.

On évoquera aussi, parmi les exemples romans troublants, le cas de ce chapiteau du clocher de l'abbatiale Sainte-Marie de Saintes, où un couple représenté en buste paraît directement inspiré d'une stèle funéraire romaine ou ces médaillons circulaires abritant les élus qui encadrent le Christ de la cathédrale d'Angoulême, une variante de l'imago clipeata, effigie antique inscrite dans un cadre circulaire.

Christian Gensbeitel

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'
Chapiteau aux éléphants affrontés