La « fanfare » est légèrement différente dans sa constitution et ses instruments varient selon l’arme à laquelle elle appartient. Avant de la décrire, il convient de signaler qu’en ethnomusicologie, une fanfare est une mélodie particulière. De nos jours, ce terme évoque également un ensemble instrumental. Tout comme la « musique », la fanfare d’infanterie est composée d’une batterie et d’une harmonie. Seuls certains bois sont supprimés : les clarinettes et le piccolo.

Étui à flute
Fiche de l'objet

Ses instruments sont les percussions, les cuivres naturels et à pistons et les saxophones. Contrairement à la fanfare d’infanterie, la fanfare des chasseurs n’a pas de tambours dans sa batterie. Ils sont remplacés par des cors de chasse. Contrairement aux autres ensembles militaires, la fanfare de cavalerie, dont la seule à subsister officiellement est celle du Régiment de Cavalerie de la Garde Républicaine, n’est pas structurée en deux parties. Elle est uniquement composée d’instruments à sons naturels en mi bémol (il en existe en si bémol) et les basses sont des hélicons, plus adaptés aux musiciens cavaliers.


Fiche de l'objet

 

 

 

Les formations instrumentales militaires actuelles sont donc composées de percussions et d’instruments à vent. Ces derniers sont constitués de la famille des bois et de celle des cuivres. Les cuivres naturels et à pistons (clairon, trompette, cornet, cor) ont vu leurs dernières grandes évolutions vers 1820, tout comme les clarinettes, hautbois, bassons et flûtes.

Saxhorn
Fiche de l'objet

Les saxhorns apparaissent en 1840, inventés par Adolphe Sax (1814-1894) facteur (fabricant) d’instruments belge. Il poursuit ses inventions pour augmenter les possibilités de ces instruments et donne naissance, en 1842, aux saxophones, instruments de la famille des bois, malgré leur structure en laiton, en raison de l’élément vibrateur, une anche en roseau. Ces inventions d’Adolphe Sax ont été intégrées aux musiques militaires par l’ordonnance de 1845, mais les ophicléides n’ont disparu que progressivement des fanfares. Le Soubassophone, contrebasse à vent, inventé en 1898 par Conn aux États-Unis, fut importé en Europe par les musiques américaines lors de la Seconde Guerre mondiale, et rapidement intégré aux musiques militaires françaises. Il est inspiré de l’hélicon, créé en Autriche, en 1845, et encore utilisé dans les ensembles de cavalerie.

En définitive, les évolutions instrumentales, mais aussi les difficultés de recrutement des musiciens, limité par un manque de vocations (contraintes de la vie militaire) et par le niveau requis, entraînent une constante évolution des ensembles de musique militaires.

Poursuivre