Les premières enquêtes nationales, menées au début des années quatre-vingt par le                Groupe Loutre de la SFEPM, dans le cadre de la réalisation de l'atlas des mammifères de            France, ont  montré que l'espèce ne se maintenait plus que dans une douzaine de départements       de la façade atlantique et du Limousin (Bouchardy, 1984).

      En l'espace d'un demi siècle, la loutre d'Europe est donc passée du statut d'espèce commune à   celui d'espèce menacée.

  Dans le cadre du programme national de recherche sur la loutre d'Europe, une nouvelle enquête  nationale, conçue par le Secrétariat Faune Flore du museum national d'histoire naturelle fut diffusée par la S.F.E.P.M. de 1989 à 1992, afin de faire le point sur la situation de l'espèce en France (Rosoux et al., 1995). Depuis lors, la situation n'a guère changé, hormis quelques données sporadiques, en Normandie, dans la région des grands lacs de l'Aube, sur les marges du Massif Central, dans les Pyrénées et dans les Bouches du Rhône.

Le maintien de populations viables se confirme sur la façade atlantique (de la Bretagne à l'Aquitaine) et dans le Massif Central. Dans la chaîne pyrénéenne, l'espèce se révèle toujours peu abondante et localisée. Dans les autres régions, la loutre ne subsiste plus qu'en populations fragmentées : seuls des indices sporadiques de présence témoignent encore de son existence.

© Museum d'histoire naturelle de La Rochelle © Alienor.org, Conseil des musées

Retour