Afin de supprimer l’oxygène dans l’environnement des objets, deux modes opératoires peuvent être mis en place :

Le premier, pour les objets de faible encombrement (moins d’un mètre cube) consiste à absorber l’oxygène et à l’emprisonner à l’aide de sachet contenant une matière réactive qui dégrade l'O2 (l'oxygène sous forme de gaz présent dans l'air) en s'oxydant, les objets étant isolés dans une housse scellée.

Pour les objets de fort encombrement ou pour un traitement global d’un grand nombre d’objets, la technique des absorbeurs chimiques d’oxygène n’est pas suffisante. Une grande housse est alors constituée. À l’intérieur, les objets sont placés dans une atmosphère modifiée et contrôlée où l’oxygène a été remplacé par un gaz neutre.

Au terme du traitement, l’objet pourra être mis en réserve ou exposé à nouveau. L’anoxie ne modifiant en rien la nature de l’objet, il faudra veiller à protéger la pièce traitée de toute mise en contact avec des objets suspects. Toutes les nouvelles acquisitions passeront désormais par une période de quarantaine afin de déceler les éventuelles traces d’infestation.

 

 

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org
Réalisation d'une chambre d'anoxie dans les réserves de Parthenay Réalisation d'une chambre d'anoxie au musée des Cordeliers de Saint-Jean-d'Angély Conditionnement sous anoxie d'objets de faible encombrement au musée des Beaux-Arts d'Angoulême