Découpage des bandes de complexe aluminium-plastique

Procédures de conditionnement

La réalisation d’une chambre d’anoxie (Exemples des réserves du musée de Parthenay et du musée de Saint Jean d’Angely) :

Les exemples des travaux de réfection de réserves à Parthenay et de ceux de la création du nouveau musée des Cordeliers à Saint-Jean-d’Angély permettent d’aborder le traitement par anoxie de collections entières. En effet, dans ces cas-là, l’obtention de nouveaux locaux a permis de traiter à grande échelle des objets (mobiliers, peintures, fusils, papiers, textiles…) qui présentaient des dégradations par les insectes.
La réalisation d’une chambre d’anoxie est néanmoins un travail nécessitant un savoir-faire et un appareillage spécialisés, effectuée par des sociétés compétentes.
La chambre d’anoxie est installée dans un espace clos et surveillé (réserve ou pièce dédiée à cet effet).
Dans un premier temps, des grandes bandes en matériaux composites sont taillées à la longueur de la chambre et constituent la base de la housse. Elles sont soudées entre elles et forment ainsi une sorte de tapis sur lequel les objets à traiter seront déposés. Le sol a été soigneusement nettoyé et des morceaux de moquettes ont été placés entre la housse et la charge afin d’éviter tout risque de déchirement du revêtement.

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org
Découpage des bandes de complexe aluminium-plastique Installation des objets sur le tapis de la chambre d'anoxie Assemblage des bandes à l'aide d'une machine à souder à défilement continu