La housse est enfin complètement scellée.

Le taux d'oxygène sera contrôlé par l’utilisation d’un appareil pompant l’air à l’intérieur de la housse par une sorte de seringue. Pour ce faire, on perce la housse à travers un petit morceau de mousse adhésive qui se dilatera pour boucher le trou de l’aiguille. Cette opération de contrôle étant relativement délicate, elle ne doit pas être trop souvent répétée.

L’objet ainsi conditionné devra rester sous anoxie (moins de 0,3% d'O2) durant un minimum de trois semaines (dans le cas du musée d’Angoulême, cette durée a été doublée par mesure de sécurité) afin de détruire les insectes quelque soit leur stade de développement.
La température ambiante a aussi un rôle important car à moins de 20° C, les insectes peuvent se placer en diapause (sorte d’hibernation hors du cycle des saisons) et mieux résister au traitement : le temps doit donc être augmenté en conséquence.

 

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org
Provenant des sachets, la poudre à base d'oxyde de fer : avant utilisation Provenant des sachets, la poudre à base d'oxyde de fer : après emploi Appareil pompant l'air contenu dans la housse pour mesurer le taux de dioxygène Appareil pompant l'air contenu dans la housse pour mesurer le taux de dioxygène