Historique de la collection

Le premier fonds de cette collection est constitué par le legs Adrien de Rochebrune (1835-1894), entré au musée en 1894 et qui regroupe des armes provenant de toute l'Europe, du 16e siècle au 19e siècle. La collection du musée fut ensuite enrichie par un legs en 1934 du Dr Jules Lhomme (1857-1934), médecin et notable de La Rochefoucauld (Charente, France) qui rassembla très tôt, dans le dernier quart du 19e siècle, d'importants objets d'art et d'ethnographie provenant de toutes les parties du monde : Afrique (Maghreb, Afrique Noire, Madagascar) ; Asie (Inde, Indonésie, Indochine, Chine et Japon) ; Océanie (Mélanésie, Polynésie) ; Amérique (Pérou, Mexique, Brésil, Canada, Alaska). Des dons plus récents ,Holas (1929-1979) et Poitevin de Fontguyon, ont permis de compléter cette collection.
2000 armes sont ainsi conservées dans les collections d'Angoulême. 800 d'entre-elles proviennent d'Afrique : des arbalètes, des arcs, des armes d'apparat, des bâtons, des couteaux, des épées, des flèches, des fouets, des glaives, des haches, des harpons, des lances, des massues, des pics, des poignards et des sabres, 58 nous arrivent des Amériques : des arcs, des flèches, des harpons et des massues, 97 sont originaires d'Asie : des arbalètes, des arcs, des couteaux, des crosses, des faucilles, des glaives, des haches, des hallebardes, des lances, des poignards, des massues et des sabres. Nous comptons 24 armes d'Australie : des boomerangs, des flèches, des massues et des propulseurs. 290 armes proviennent d'Europe : des armes de choc, de jet, de poing, d'épaule, d'hast, des baïonnettes, des dagues, des épées, des haches et des sabre. 7 couteaux viennent de Laponie, 6 objets de Madagascar (flèches, haches et lances). 93 viennent du Maghreb : des armes à feu, des couteaux, des épées, des sabres, des glaives, des haches, des lances, des massues et des poignards. L'Océanie est représentée par 698 armes : des arcs, des couteaux, des flèches, des haches, des lances, des massues, des poignards et des propulseurs.


Retour au sommaire © Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor. org