Ciselure : Procédé de décoration effectué sur l'endroit de la pièce avec des ciselets sur lesquels on frappe avec le marteau pour enfoncer le métal. Le métal est généralement consolidé provisoirement à l'avers par une cire, un ciment... Ainsi sont exécutés de nombreux détails en creux qui complètent et soulignent les reliefs obtenus par repoussage.

Décor d'applique : Décor obtenu par repoussage, ou moulé, et fixé ensuite sur son support par soudure le plus souvent, parfois par rivetage.

Estampage : Décor en relief d'une feuille de métal à l'aide d'une matrice en creux et obtenu soit manuellement soit mécaniquement (balancier, mouton).

Fausse coupe : Doublure externe et généralement partielle de la coupe des calices et des ciboires et n'ayant qu'un but décoratif. Les fausses coupes peuvent être ajourées ou pas et porter tous les types de décors.

Grains de remède : Les poinçons des maîtres orfèvres présentent le plus souvent deux points en relief, les "grains de remède", qui rappellent la rigueur avec laquelle les pouvoirs successifs ont régi la fabrication des objets en métal précieux dont le titre (proportion de métal pur et de métal d'apport, cuivre notamment) est évalué en millièmes pour l'argent. Exprimé à l'origine en deniers, divisés en 24 grains (l'argent pur étant à 12 deniers) le titre fut porté à 11 deniers 12 grains soit 958 ‰, avec une tolérance - ou "remède"- fixée à deux grains (7 ‰) en 1559.

Retour sommaire © musées de la communauté d'agglomération de Niort, © Conseil des musées de Poitou-Charentes