Poinçon de jurande (ou de maison commune ou lettre-date) : Il est frappé par les jurés-gardes désignés par la corporation et formant la jurande. Il garantit le titre du métal utilisé et qui est testé. Il comprend une lettre (d'où son nom de lettre date ou lettre annuelle) changée théoriquement chaque année et accompagnée ou pas d'une autre lettre ou d'un motif symbolisant la ville de jurande. Le graphisme des lettres est changé tous les 23 ans, ce qui présente toute garantie, normalement, pour dater les pièces. Les mêmes lettres ne sont pas utilisées en même temps dans chaque Généralité, et pour pouvoir trouver la date équivalente il est nécessaire de posséder les documents d'archives de référence : registre d'insculpation des poinçons, plaques d'insculpation, en cuivre notamment.

A partir de 1784, ce système est remplacé par les poinçons présentant un motif symbolique avec le millésime apparent.

Poinçon de décharge : C'est le plus petit des poinçons et aussi celui qui est le plus nettement lisible car on l'apposait après que la pièce ait été terminée. Il représente souvent une petite tête, humaine, animale, une fleur, un vase etc. Il change en même temps que le poinçon de charge et donne la preuve que l'orfèvre, en acquittant la taxe, est déchargé de toute obligation fiscale vis à vis du pouvoir.

Retour sommaire © musées de la communauté d'agglomération de Niort, © Conseil des musées de Poitou-Charentes