Les aplats denses (de noir, de rouge…) obtenus dans la xylographie asiatique marquent les artistes occidentaux, la stylisation des formes se traduit par des masses colorées sans effets de modelés.
Parfois le dessin souligne les contours de façon très appuyée, à la manière d’un cloisonnement.

Certains formats très allongés « en colonne » sont couramment utilisés dans l’estampe japonaise pour les rouleaux intitulés « kakemono ». Ils seront repris et souvent utilisés dans des affiches présentant des portraits en pied. Le format permet ainsi d’affirmer la frontalité de la représentation en limitant l’arrière plan à des jeux de motifs saturant tout l’espace disponible.

Mais « l’horreur du vide » n’est plus forcément de mise. Au contraire, nombreuses sont les compositions - dans l’illustration mais aussi dans la céramique et la verrerie - qui réservent des « espaces de respiration » pour mieux mettre en valeur les éléments de décors et leur déploiement dans l’espace.poursuivre

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org
Accédez directement à cette partie du chapitre Accédez directement à cette partie du chapitre