Mouvement artistique fondamentalement esthétique, l’Art Nouveau ne se distingue pas uniquement par le foisonnement de lignes courbes, ou « coup de fouet ». En effet de nombreuses recherches formelles furent initiées par ces artistes notamment dans le domaine de la céramique.



Radicalement différent de la forme « naturaliste », il existe une céramique, appelée par certains auteurs « céramique de la réaction », dont le décor abstrait est très souvent réalisé de manière flammée, par coulures d’émaux de différentes couleurs (rouge sang de bœuf, violet, vert, jaune, or, blanc…). Les effets recherchés sont multiples : irisations, craquelures, boursouflures. Si certaines techniques, notamment celle conduisant à l’obtention de la couleur « sang de bœuf », sont liées à la Chine et au Japon, la « céramique de la réaction » se détache de l'orientalisme qui a trop imprégné les réalisations naturalistes. Elle marque une nouvelle rupture et l'épuisement de l'Art Nouveau dans sa forme la plus couramment développée.


© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org
Accédez directement à cette partie du chapitre Accédez directement à cette partie du chapitre