LES SOURCES DE LA REPRESENTATION ANIMALE

 

Les ivoires arabes et les tissus orientaux.
En Syrie, en Mésopotamie, en Egypte, les chrétientés orientales avaient recueilli un héritage iconographique à partir duquel elles ont défini leur propre langage.

En outre, les musulmans sont aux frontières de l’art roman et les contacts sont fréquents dans le royaume de Jérusalem ou en Espagne.

Les artistes en ont retenu deux traits principaux : la géométrisation de formes et le traitement filigrané de la plastique.

Certains portails de Vendée, de Poitou ou de Saintonge sont traités comme des stucs de mosquées et beaucoup de chapiteaux abritent une faune exotique qui n’est pas sans rappeler les ivoires arabes où des bêtes de chasse se poursuivent à travers des forêts de rinceaux.

Quand aux monstres, leur analogie avec certaines formes de l’Asie orientale est frappante.

© 1999 - Alienor.org, Conseil des musées