LES SOURCES DE LA REPRESENTATION ANIMALE

Les Bestiaires, enfin, histoires d’animaux fabuleux qui pullulent au Moyen Age. Les auteurs y crées une faune mystique où se mêlent animaux réels et imaginaires pour représenter allégoriquement les vertus, les vices, les passions ou illustrer l’histoire des Saints et du Christ.

Dans l’introduction du Bestiaire Divin de Guillaume le Clerc , on peut lire : Ce livre nous montre la nature et les mœurs des animaux, non pas tous, certes, mais d’un grand nombre ; on y trouvera une abondante matière à la réflexion morale, et des passages riches en enseignement théologiques. "

Pierre de Beauvais dans son Bestiaire, dit  à propos du poisson-rat et de sa gloutonnerie: " Ecoutez bien, hommes de toutes générations, quelle fin est réservée aux gloutons insensés, quelle grande douleur suit la gourmandise. Plaise au ciel que chacun, devant cet exemple, écarte de son cœur et de sa main l’oisiveté qui berce d’un plaisir funeste, garde une juste mesure à sa table, et ne réjouisse pas son esprit dans des banquets luxurieux. Car nombreux sont ceux qui ne gardent nul frein et donnent libre cours aux appétits. Le ciel veuille que certains aient la sagesse d’éviter la fin du poisson-rat. "

© 1999 - Alienor.org, Conseil des musées