Le site

Le site magdalénien de La Piscine, constitué d'un abri-sous-roche, d'une terrasse et d'une cavité peu profonde, est situé sur la rive droite de la Gartempe, sur le territoire même de la Ville de Montmorillon (Vienne).

Il fut découvert en mai 1966 lors des travaux d'aménagement de la piscine municipale (d'où son nom). Par la suite, de nombreuses campagnes de fouille furent conduites, entre 1968 et 1982, sous la responsabilité de Pierre Marcel (professeur d'histoire au Lycée de Montmorillon, puis de Muret [31], et rattaché scientifiquement au Laboratoire de Géologie du Quaternaire et de Préhistoire de l'Université de Bordeaux I).

 

 

 

Celles-ci ont permis de mettre au jour une abondance et une variété de vestiges archéologiques insoupçonnées à l'époque :

 

  • plusieurs dizaines de milliers de silex taillés (outils et déchets) ;
  • des outils d'os (sagaies, aiguilles à chas, aiguilles rondes, poinçons, baguettes, lissoirs, ciseaux) ;
  • des vestiges de mammifères (Renne, Cheval, Antilope saïga, Cerf), de poissons et de microfaune ;
  • des restes humains (une prémolaire, un fragment de hanche) ;
  • de la parure (perles et coquillages percés) ;
  • des morceaux d'ocre ;
  • ainsi que de l'art mobilier, constitué notamment d'un nucléus au cortex gravé, de divers os animaux et fragments calcaires incisés, et d'un bois de Renne gravé (qui fait l'objet de la présente note).

 

 

 

Enfin, différentes structures d'habitat ont été identifiées :

  • plusieurs foyers,
  • peut-être également un dallage,
  • et une petite fosse contenant des os de chevaux.

Compte tenu de ces vestiges archéologiques, ainsi que de l'épaisseur de la séquence stratigraphique et de la présence de plusieurs couches, il est raisonnable de penser qu'une petite communauté de chasseurs-cueilleurs a occupé ce site, à plusieurs reprises, pendant quelques semaines, voire quelques mois de l'année (à déterminer).

 

Toutefois, la datation de ces niveaux n'est pas encore connue des archéologues.