Certaines peuplades mangeaient leurs ennemis tués lors des combats afin, pensaient-ils, de s'en approprier
la force.

Les prisonniers quant à eux étaient intégrés dans la tribu où ils étaient soignés et engraissés jusqu'au jour
où ils devaient être consommés.

Ils étaient alors mortellement assommés, leurs corps découpés
en morceaux et cuits par les femmes dans des marmites en terre avec
de l'eau et du maïs.

© Alienor.org, Conseil des Musées www.alienor.org