Chapiteaux historiés : introduction

Les Carolingiens ont défini le rôle de l’image au concile de Nicée II (787), non pas en tant qu’objet de culte comme dans l’Empire byzantin mais comme le sujet d’un enseignement. Pour leur instruction, les religieux et les seigneurs possèdent les enluminures des manuscrits ; les laïcs, les peintures murales et les sculptures des églises. Souvent, des inscriptions explicitent la signification.

Dans les premiers édifices romans du Poitou-Charentes, la sculpture se cantonne souvent aux chapiteaux sculptés de motifs floraux dérivant de l’acanthe antique. Mais bientôt les corbeilles accueillent des personnages, des animaux et des scènes diverses.

Page suivante Sommaire Chapiteau de la Plaine (Angoulême)