Jusqu'en 1912, dans toutes les carrières de la région de Chauvigny, la pierre est extraite manuellement en la découpant dans le front de taille avec des pioches. Vers 1930, le calcaire le plus tendre est coupé au brise béton à air comprimé, tandis que pour le calcaire dur, jusque-là extrait par explosifs, sont employés des marteaux perforateurs à air comprimé. La pierre est d'abord transportée avec des charettes tirées par des chevaux, puis par le train depuis Fleuré dès 1867 et à partir de 1883 depuis Jardres, Saint-Julien l'Ars et Chauvigny. Les premiers camions sont apparus en 1919 .

Agriculture et Industrie - page 3.6

suite

La pierre de Chauvigny, un calcaire oolithique non gélif, a été utilisée pendant des siècles pour la construction locale ; à partir du 19e siècle, l'extraction de la pierre prend la forme d'une industrie, lorsque les voies de chemin de fer et le réseau routier permet une exportation de la production. À la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle plusieurs sociétés se partagent les carrières ouvertes sur la commune dont la société Civet-Pommier, la société des Charentes et la société Fèvre ; actuellement la société Rocamat exploite seule le calcaire chauvinois.

© musées de Chauvigny © Alienor.org, Conseil des Musées