Retourner à l'accueil du dossierRetourner à l'accueil Claude BoucherClaude Boucher L'industrie verrière à CognacL'industrie verrière à Cognac La verrerie Claude BoucherLa verrerie Claude Boucher La mécanisation du métier de verrierLa mécanisation du métier de verrier La machine BoucherLa machine de Claude Boucher Évolution du concept de machine à fabriquer des bouteillesÉvolution du concept de machine à fabriquer des bouteilles
De Claude Boucher à Saint-Gobain
Accédez à la version statique
Accédez à la version animée (plugin Flash requis)
Accédez à la bibliographie du dossierAccédez à la bibliographie du dossier Accédez au générique du dossier Accédez au texte imprimableAccédez au texte complet imprimable
Accédez au cartel de l'objet, dans une nouvelle fenêtre

De Claude Boucher à Saint-Gobain

Les fils de Claude Boucher feront développer en 1920 puis en 1924 plusieurs évolutions de la machine inventée par leur père, mais le procédé reste semi-automatique et nécessite encore l'intervention d'un cueilleur et d'un porteur.

La société Saint-Gobain, anciennement Manufacture Royale des Glaces, devient actionnaire majoritaire de la société en 1919. Celle-ci fait faire des essais de la machine Lynch et finit par en installer dans l'usine de Cognac. C'est ce système qui s'imposera finalement en France pour la fabrication en grande quantité, mais le brevet de Claude Boucher continuera à être utilisé jusque dans les années soixante en France pour la réalisation de bouteilles plus spécifiques, produites en petites quantités. Le principe, désormais entièrement automatique, des deux moules et de l'injection d'air comprimé inventé par Claude Boucher pour former la bouteille reste donc toujours de mise.

La fabrique Claude Boucher, depuis devenue Saint-Gobain.