Retourner à l'accueil du dossierRetourner à l'accueil Claude BoucherClaude Boucher
L'industrie verrière à Cognac
La verrerie Claude BoucherLa verrerie Claude Boucher La mécanisation du métier de verrierLa mécanisation du métier de verrier La machine BoucherLa machine de Claude Boucher Évolution du concept de machine à fabriquer des bouteillesÉvolution du concept de machine à fabriquer des bouteilles De Boucher à Saint-GobainDe Claude Boucher à Saint-Gobain
Accédez à la bibliographie du dossierAccédez à la bibliographie du dossier Accédez au générique du dossierAccédez à au générique du dossier Accédez au texte imprimableAccédez au texte complet imprimable
Ouvrir le cartel de la documentation, dans une nouvelle fenêtre

L'industrie verrière à Cognac

Traditionnellement, le cognac s'exportait en fûts de chêne, mais dès le XVIIIe siècle, certains clients font la demande qu'il leur soit livré en bouteilles. Les maisons de négoce commencent donc progressivement à s'approvisionner à l'extérieur de Cognac, notamment à Bordeaux. Une première verrerie ouvre ses portes en 1854 avec le large soutien des autorités locales. Elle est suivie de nombreuses autres.

En effet, si l'économie des eaux-de-vie de cognac s'est beaucoup développée dès le XVIIIe siècle avec la création de plusieurs grandes maisons de négoce, l'industrie verrière prend un essor considérable à partir de la deuxième moitié du XIXe et devient un acteur essentiel du tissu économique local. L'expansion de la production du cognac est la raison majeure du développement des verreries à Cognac, les maisons de négoce étant très demandeuses de bouteilles. Mais la situation géographique n'y est pas étrangère non plus puisque la ville est idéalement située près de plusieurs voies de communication, dont la Charente et à proximité de ressources en matière première (le sable).

Des barriques servant au transport du cognac, avant l'utilisation des bouteilles

Ouvrir le cartel de la documentation, dans une nouvelle fenêtre