Retourner à l'accueil du dossierRetourner à l'accueil Claude BoucherClaude Boucher L'industrie verrière à CognacL'industrie verrière à Cognac La verrerie Claude BoucherLa verrerie Claude Boucher La mécanisation du métier de verrierLa mécanisation du métier de verrier
La machine de Claude Boucher
Évolution du concept de machine à fabriquer des bouteillesÉvolution du concept de machine à fabriquer des bouteilles De Boucher à Saint-GobainDe Claude Boucher à Saint-Gobain
Accédez à la version statique
Accédez à la version animée (plugin Flash requis)Accédez à la version animée (plugin Flash requis) Accédez à la bibliographie du dossierAccédez à la bibliographie du dossier Accédez au générique du dossier Accédez au texte imprimableAccédez au texte complet imprimable
Accédez au cartel de l'objet, dans une nouvelle fenêtre

La machine Claude Boucher

Page précédente : la machine Claude Boucher Trois ouvriers sont nécessaires pour le fonctionnement de cette machine : un premier ouvrier, le cueilleur, dépose le verre en fusion dans un moule ébaucheur, par le fond. Le mouleur assure le fonctionnement de la machine et donne la forme à la bouteille. Enfin, le porteur récupère la bouteille formée et la porte jusqu'au four de recuisson.

La machine Claude Boucher utilise des techniques préalablement développées pour la fabrication des bouteilles : l'utilisation de deux moules distincts, un moule ébaucheur et un moule finisseur, et le remplacement du souffleur par l'injection d'air comprimé pour former le verre creux. Le succès de cette machine tient en grande partie au fait que Claude Boucher a cherché à se rapprocher pour le fonctionnement de sa machine des étapes successivement réalisées par un verrier opérant manuellement.

Les pages suivantes reprennent les étapes du fonctionnement de la machine (il est à noter que ce modèle, daté de 1903, diffère sensiblement de la première version de cette machine). Page suivante