Retourner à l'accueil du dossierRetourner à l'accueil Claude BoucherClaude Boucher L'industrie verrière à CognacL'industrie verrière à Cognac La verrerie Claude BoucherLa verrerie Claude Boucher
La mécanisation du métier de verrier
La machine BoucherLa machine de Claude Boucher Évolution du concept de machine à fabriquer des bouteillesÉvolution du concept de machine à fabriquer des bouteilles De Boucher à Saint-GobainDe Claude Boucher à Saint-Gobain
Accédez à la version statique
Accédez à la version animée (plugin Flash requis)
Accédez à la bibliographie du dossierAccédez à la bibliographie du dossier Accédez au générique du dossier Accédez au texte imprimableAccédez au texte complet imprimable
Accédez au cartel de l'objet, dans une nouvelle fenêtre

La mécanisation du métier de verrier

Page précédente : la mécanisation du métier de verrier Deuxième innovation : pour faciliter le travail des verriers, le souffleur est parfois remplacé par des systèmes de soufflage mécanique par pompe ou par injection d'air comprimé.

Dans plusieurs centres verriers, on a tenté de mettre au point une machine à fabriquer les bouteilles : le procédé Ashley, développé aux États-Unis en 1887, semblait s'en approcher mais ne fut finalement pas jugé satisfaisant. C'est finalement Claude Boucher qui, le premier, est parvenu à résoudre les nombreux problèmes de casse au démoulage ou au retournement, restés jusqu’alors sans solution. Il dépose plusieurs brevets pour cette machine en 1894 puis en 1898.

La profession de verrier entre alors véritablement dans l'ère de l'industrialisation.

Détail de "La verrerie Claude Boucher à Cognac", huile sur toile, René Hérisson