Pima

Tribu du désert, les Pimas ou Akimel O’Odham vivent sur le cours supérieur du Rio Grande. Ils partagent avec les Papagos une même origine qui les relie aux Hohokams. Le nom « Pima » proviendrait de l’expression « pi-nyi-match » qui dans leur langue signifie “je ne sais pas“ tandis que « Akimel O’Odham » signifie « le peuple de la rivière ». Si les précipitations sont rares, le limon apporté par la Gila River et ses affluents permet deux récoltes annuelles. Les Pimas sont des agriculteurs qui ont su irriguer leur terre aride pour y cultiver du maïs, du coton, des haricots, du tabac. Ils vivent en structures familiales très fortes.
Même si elle produit quelques céramiques simples ou ornées pour chercher et conserver l’eau, la plus haute expression artistique de cette tribu est la vannerie de fibres enroulées. Les dessins géométriques traditionnels sont obtenus avec des tiges d’osier fendues et les cosses noires de Martynia.
Les pillages des Apaches (à l’est) et des Navajos (au nord) constituaient la principale menace pour ce groupe. Malgré le massacre d'une partie de leur peuple au XVIIe siècle par les Espagnols, les Pimas verront leur ralliement à ces derniers, puis aux Mexicains et enfin aux Américains comme une défense supplémentaire contre les raids apaches. Ils fournirent, ainsi, aux armées occidentales de nombreux éclaireurs.
Lors de l'inévitable colonisation des terres de l'Arizona par les fermiers blancs, ces derniers s'emparent des meilleures terres des Pimas et détournent à leur profit l'eau du Rio Gila, les coupant ainsi d'une précieuse ressource dont ils ne pourront jamais récupérer les droits.
Aujourd'hui, les Pimas vivent sur la réserve de Gila River et de Salt River qu'ils partagent avec les Maricopas et celle d'Ak-Chin qu'ils partagent avec les Papagos.

Aire culturelle : Sud-Ouest