Spokan

Les Spokans (ou Spokanes) forment un peuple amérindien de langue salish de l’État de Washington. Ils constituent la Nation dominante d’une confédération, incluant les Kalispels et les Cœur d’Alène, qui occupe la moyenne vallée de la Columbia.
Pêcheurs et cueilleurs, ils vivent l'hiver en villages permanents constitués de maisons de planches en bord de cours d'eau. Lors de chasse en montagne, ils s'installent en campements de huttes ou de tipis. Influencés par d'autres tribus qui les familiarisent à la domestication du cheval, ils mènent aussi des expéditions vers les Plaines afin de chasser le cerf et le bison.
Les Spokans ont des relations pacifiques avec les Blancs, marchands et trappeurs, qui parcourent leur territoire. Ils restent à l’écart de la guerre que mènent les Cayuses à partir de 1847 et de la guerre des Yakimas qui implique pourtant la plupart des Nations du Nord-Ouest en 1855-1856. Ils signent en 1855 le traité de Walla-Walla qui les oblige à se retirer sur une réserve.
Comme de nombreuses tribus, le contact des Blancs les a exposés à des épidémies (grippe, variole, syphilis) réduisant considérablement leur nombre.
Finalement envahis par les Blancs, ils se joignent aux Palouses, aux Cœurs d’Alène et aux Paiutes du chef Numaga lors de la « guerre des Spokans » de 1858. Contraints de se rendre, ils sont renvoyés sur leur réserve dont la superficie est fortement réduite.
Dans l’est de l’État de Washington, les Spokans occupent la réserve spokane, près de Wellpinit, au sud du Grand Coulee Dam, ainsi que la grande réserve Colville, avec des Nespelems et des Nez-Percés, près de Nespelem. Des Spokans ont rejoint les Kutenais et les Pend d’Oreilles sur la réserve Flathead dans l’ouest du Montana.

Aire culturelle : Plateau