Page précédente

Curtis, photographe pictorialiste

 
Night Scout - Nez Percé Edward S. Curtis Night Scout - Nez Percé  (1910) Night Scout - Nez Percé
Aire : Plateau  |  Tribu ou nation : Nez Percé
Année du dépôt de la photo : 1910  |  Volume VIII
Mots-clés :  cavalier mise en scène
Accédez à la notice d'inventaire du musée
 
 
Country of the Kutenai Edward S. Curtis Country of the Kutenai  (1910) Country of the Kutenai Les Kutenai occupaient des parties du sud-est de la Colombie britannique, du nord de l'Idaho et du nord-ouest du Montana. Dans cette région de lacs bleus entourés de montagnes et de rivières majestueuses, ils faisaient naturellement usage de canoës. (E. S. Curtis)
Aire : Plateau  |  Tribu ou nation : Kutenai
Année du dépôt de la photo : 1910  |  Volume VII
Mots-clés :  paysage mise en scène navigation, pêche cliché annoté
Accédez à la notice d'inventaire du musée
 
 

Sur le plan de la démarche photographique, Curtis est marqué par un pictorialisme, en vogue à la fin du XIXe siècle, qu'il maîtrise totalement, mais qui s'accorde mal avec l'approche photojournalistique telle que nous la considérons aujourd'hui, c'est-à-dire une photographie témoignant des faits constatés et rejetant toute esthétisation du sujet.

C’est pourtant par cette affiliation au pictorialisme que Curtis souhaite se démarquer des prises de vue antérieures qui documentaient déjà, avant tout, les territoires mais également les mœurs et figures des Amérindiens.

À la différence des missions (les « Great survey » américaines) parties cartographier le territoire sauvage à l’Ouest de la Frontière, il se concentre sur son sujet, les peuples indigènes, tout en s’éloignant de la seule approche documentaire. Il revendique également des prétentions artistiques. La séparation des volumes en ouvrages concentrant les écrits (assortis d’une sélection de photos) d’une part et portfolios photographiques d’autre part, semble confirmer cette double approche.

Forme d’art encore jeune à cette époque, la photographie évolue pourtant très rapidement, aidée par de nombreuses améliorations techniques permettant, entre autres choses, un allègement considérable du dispositif photographique, les boîtiers relativement compacts supplantant les encombrantes chambres de prises de vue.

 


 
Durant les trente années de réalisation de son œuvre monumentale, la photographie va connaître des bouleversements stylistiques qui semblent ne pas concerner Curtis, attaché à la démarche des pictorialistes.

Cheyenne warriors Edward S. Curtis Cheyenne warriors  (1905) Cheyenne warriors
Aire : Grandes Plaines  |  Tribu ou nation : Cheyenne
Année du dépôt de la photo : 1905  |  Volume VI
Mots-clés :  mise en scène cavalier guerrier
Accédez à la notice d'inventaire du musée
 
 

L’approche esthétisante et poétique des pictorialistes marque de manière évidente tout le travail de Curtis. Elle se révèle par les choix de prises de vue le plus souvent mises en scène, agencées, chargées d’une symbolique que renforcent le titre et les éventuels commentaires. Le recours à la retouche et la ré-intervention en laboratoire soulignent, corrigent, masquent si nécessaire et dramatisent telle ou telle scène (ciel noirci par exemple). La filiation au pictorialisme apparaît aussi clairement dans la mise en avant d’une maîtrise des techniques photographiques et le soin minutieux quasi-artisanal apporté à la restitution. Sur ce point, les interactions des chimies et de la lumière lors des tirages ont été explorées par Curtis durant ses campagnes de prises de vue. Pour faciliter son financement, il proposait en plus des photogravures publiées dans The North American Indian, un très vaste choix de tirages originaux : des tirages au platine, des tirages argentiques virés pour des tons sépia. Il chercha à promouvoir ses orotones (qu’il appellera Curtone), luxueux et délicats tirages exécutés sur une couche d’or déposée sur du verre. Curtis, malgré ses difficultés financières, ne cédera que très peu de choses face à son exigence dans la qualité de la restitution de son œuvre. Du premier au dernier volume, la qualité du papier fait main, le soin méticuleux apporté à la fabrication des ouvrages dorés sur tranche et le recours à l'héliogravure pour la publication des photographies – la technique la plus coûteuse mais aussi la plus prestigieuse de l'époque –, la fabrication quasi manuelle se devaient de servir le fond, d’exprimer la noblesse du sujet et le sérieux de l'auteur. Seule concession faite aux difficultés financières : à partir du quinzième volume et jusqu'au dernier, la fabrication des volumes change de prestataire et cela se traduit par une légère baisse dans le soin apporté à l'impression des héliogravures.

« Je veux voir ces photos dans des livres – dans les plus beaux livres qui aient jamais été publiés. » (E. S. Curtis)

The Whaler Edward S. Curtis The Whaler  (1915) The Whaler Note : Portrait de face d'un vieil homme, pêcheur de baleines.
Aire : Côte Nord-Ouest  |  Tribu ou nation : Nootka
Année du dépôt de la photo : 1915  |  Volume XI
Mots-clés :  portrait masculin
Accédez à la notice d'inventaire du musée
 
 

Mais dès les premières années du XXe siècle, les photographes pictorialistes sont vivement critiqués par une nouvelle génération de photographes ; la mode du pictorialisme a vécu et les photographes revendiquent une approche photographique plus directe, plus objective. En restant fidèle à ce courant au fil de ses publications, Curtis fixe son œuvre dans une esthétique passéiste aux yeux de nombre d'amateurs d'art et de critiques. Pour cela, Curtis, à sa mort, ne fut pas l'artiste photographe célébré qu'il aurait aimé être.

 
Suite