La demi-berline du musée de Thouars

Origine de la demi-berline du musée de Thouars

La demi-berline du musée de Thouars figure parmi les plus anciens véhicules hippomobiles conservés dans les musées publics ; elle se distingue entre autres choses par son excellent état de conservation. Elle est entrée au musée, ainsi qu'une plaque héraldique qui lui est contemporaine, dans le cadre d'une donation du marquis de Maussabré-Beufvier , propriétaire du château de Saint-Loup-sur-Thouet.
Les registres du conseil municipal de la ville de Thouars, dans la séance du 3 janvier 1922, mentionnent les remerciements de la collectivité au marquis pour le don de ce « carrosse d'époque Louis XVI », provenant du château de Soulièvres (aujourd'hui détruit). C'est Adrien Morin, alors conservateur du musée qui géra ce don exceptionnel.

Cette demi-berline a très vraisemblablement été commandée vers 1770 par Philippe Antoine de Liniers, issu d'une des plus vieilles familles nobles de Poitou. Connus dès le XIe siècle, les marquis de Liniers, barons d'Airvault, seigneurs d'Amaillou, de la Guyonnière, de la Grange de Courlay, de Saint-Pompain, du Vanneau, etc. sont de nobles propriétaires terriens qui peuvent s'enorgueillir d'appartenir à la plus vénérable noblesse d'épée.

Son épouse, Marie Bernarde de Beufvier des Palignies est fille de Louis Alexis de Beufvier, marquis des Palignies, Grand Sénéchal du Poitou (charge qui s'est transmise dans la famille depuis Louis XIV jusqu'à la Révolution), capitaine du château de Poitiers, mousquetaire de la garde du roi.

On retrouvait les armes des Liniers et des Beufvier sur les portières de la berline, bien qu'elles aient été en grande partie effacées, peut-être à la Révolution ou bien lors d'une nouvelle alliance.

Armes des Liniers : D'argent à une fasce de gueules et à la bordure de sable chargée de huits besans d'or. Armes des Beufvier : D'azur à trois rencontres de bœufs d'argent couronnés d'or.

Armes des Liniers : d'argent à une fasce de gueules et à la bordure de sable chargée de huits besans d'or.
Armes des Beufvier : d'azur à trois rencontres de bœufs d'argent couronnés d'or.

Ce sont les armes accolées de ces deux familles que nous retrouvons sur la plaque héraldique donnée par le marquis de Maussabré-Beufvier à la ville de Thouars en 1922 en même temps que la berline. Le marquis de Maussabré était lui-même un descendant collatéral des Liniers, par une alliance entre les deux familles au début du XIXe siècle.
On peut voir sur la plaque précédemment citée, au dessus des deux blasons, une couronne à trois fleurons alternés avec six perles en tierce entre eux, elle est dite « couronne de marquis » et indique le titre de la personne qui l'arbore.

Le blason lui-même est entouré de deux lions rampants affrontés dits « en support » ou « tenants », car ils semblent tenir le blason entre leurs pattes. Leur vocation, ainsi que celle de la base qui soutient les écus, est avant tout esthétique.

La plaque héraldique nous indique, par la présence des armes des deux familles, Liniers et Beufvier, une alliance. Il s'agit d'un blason de courtoisie : les armes de la famille de l'épouse étant placées à dextre (à droite).

Il est logique de penser que le commanditaire probable de la berline, Philippe Antoine de Liniers, ait voulu un véhicule qui reflète le prestige de sa famille en commandant à un sellier, probablement parisien, une berline à la mode de l'époque, exécutée par des artisans qualifiés et dans les matériaux les plus nobles.