Andreas Dettloff, "À l'artiste polynésien inconnu"
retour sur une exposition du musée d'art et d'histoire de Rochefort, hôtel Hèbre de Saint-Clément

Le squelette tatoué et les photos de Pierre Loti

"Né sous X" par A. Dettloff

AD : "Né sous X" devient dans le contexte de Rochefort un autre portrait de Loti. Julien Viaud n'était pas tatoué, on le voit bien sur ses extraordinaires photos où il apparaît dévêtu. Mais il était fortement imprégné par la Polynésie au point de choisir comme pseudonyme le surnom qu'on lui a donné à Tahiti : loti = roti = rose. Tout s'est révélé au grand jour, quand on a radiographié son squelette...

CS : C'est donc son intérieur que tu nous révèles. Et quant à son "extérieur", son corps ?

AD  : Jusqu'à présent on ne connaissait que les portraits de Pierre Loti en spahi, pêcheur breton, pharaon, Louis XI, etc.. Voici les trois photos manquantes de l'écrivain en costume traditionnel de Tahiti avec quelques objets des Marquises. Très remarquable, ce Pierre Loti avec son propre crâne à la main qui renvoie à cette peur de la mort que je ressens en regardant ses dernières photos.

Poursuivre
"La soif tribale", photomontage, A. DettloffLoti avec son crâne marquisien, photomontage, A. DettloffLoti en guerrier marquisien, photomontage, A. Dettloff