Andreas Dettloff, "À l'artiste polynésien inconnu"
retour sur une exposition du musée d'art et d'histoire de Rochefort, hôtel Hèbre de Saint-Clément

La vitrine de la chasse aux mickeys... et autres objets

La vitrine de la chasse aux mickeys (de g. à d. et de h. en b.) : "Trophée Tolai", "Kalashnikov marquisien", "éventail Tahiri", "Casse-tête marquisien U'u", "Mickey Maori", "Mickey ivi po" et "Pu marquisien"

AD : Cette vitrine reprend des objets que j'ai faits entre 1991 et 2000. Tous les objets traditionnels de Tahiti et des autres archipels ont été transformés en Mickey pour mieux chasser la "disneylandisation" de la culture polynésienne.

Malheureusement, ça n'a pas marché...

Dans l'exposition de Rochefort, ces objets nouent des relations avec les autres objets de la collection permanente du musée : casse-tête marquisien, pu (conque d’appel) et chasse-mouche marquisien, à vous de les découvrir !

  Détail de "Carte mer polynésienne (Motherboard on tapa)"  

AD : Dans une autre vitrine, encore un clin d'œil à l'exposition permanente du musée : un grand tapa aux circuits imprimés des ordinateurs, appelé "carte mer". Dans la partie droite : le colon colonisé par les tatouages marquisiens... et les saucisses de Cocagne.

CS : Au pays de Cocagne, les humains se goinfrent à longueur de journée. C'est une sorte d'image ridicule du paradis...

Poursuivre