Les campagnes napoléoniennes réveillent l'intérêt pour l'Égypte en Europe.

Elles inspirent Le Voyage dans la Basse et la Haute Égypte (1802, Dominique Vivant-Denon, premier conservateur du Musée du Louvre) et La Description de l'Égypte (20 volumes, 1809-1822, collectif), qui deviennent immédiatement des ouvrages de référence pour tous les chercheurs français, anglais, allemands, suisses dont les travaux s'orientent alors vers l'Égypte.

Mais à cette période, l'égyptomanie se traduit le plus souvent par le pillage organisé des antiquités égyptiennes, avec le consentement du vice-roi Méhémet Ali.

La découverte du secret des hiéroglyphes par Champollion en 1822 ouvre la voie de l'égyptologie, désormais reconnue comme science. Les plus grands musées européens présentent des sections égyptiennes et les archéologues prennent le pas sur les aventuriers.

En littérature, Le Roman de la Momie (1858, Théophile Gautier) connaît un large succès. Il reflète un idéal d'éternité et de perfection artistique auquel sont sensibles tous les artistes qui font le voyage en Égypte.

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org
sommaire page précédente page suivante