Les corniches saillantes reçoivent la charpente du toit et couronnent les murs ou reçoivent les arcatures qui rythment les façades. Les modillons généralement taillés indépendamment viennent régulièrement la soutenir comme s’ils étaient des têtes de chevron. Là se déploient des figures fantasmagoriques, bestiaire, figures grimaçantes, ou des scènes de la vie quotidienne. Il y en a tant que le grand historien de l’art roman en Poitou, René Crozet, a renoncé à les cataloguer.

Un modillon orné d'une tête de félin
Un modillon orné d'un acrobate en haut relief
Page précédente Page suivante Sommaire du dossier