La voûte en berceau construite comme une succession d’arcs en plein cintre ou brisés exerce sur les murs une poussée continue qui tend à les faire verser vers l’extérieur. Pour résoudre ce problème accru par les fenêtres ouvertes dans les murs et les fragilisant, les architectes ont eu recours à l’intérieur à des arcs doubleaux qu’ils font reposer sur des colonnes surmontées de chapiteaux et à l’extérieur à des contreforts toujours placés au droit des colonnes intérieures. Ces contreforts sont souvent reliés entre eux par des arcs qui reprennent le rythme de l’élévation intérieure de l’édifice. La sculpture se déploie sur tous ces emplacements structurels et participe ainsi à l’architecture.

La coupe transversale de Notre-dame-la-Grande de Poitiers : la nef centrale et les bas côtés, de plus petites proprotions, sont couvert par des voutes en plein cintre
Page précédente Page suivante Sommaire du dossier