Menu      ►

En pays fali, un ethnologue charentais au nord Cameroun

Le pays Fali (géographie, histoire)

Le pays Fali (page 1/2)

Les Fali sont des montagnards animistes de la région de Garoua. Ils relèvent d'un ensemble plus vaste appelé « Kirdi » c'est-à-dire « païens » par rapport aux Peuls musulmans qui occupent la région depuis 1812. Les Fali distinguent entre eux quatre ensembles : les Fali Tinguelin, les Fali Kangou, les Fali du Bossoum et ceux du Peské-Bori. Si ces groupements préexistaient à la colonisation, ce sont les Allemands, puis les Français qui prirent l'habitude de les désigner du nom de l'entité géographique qu'ils occupaient. L'usage en est resté.

Pays au relief peu accentué mais tourmenté en raison de sa nature volcanique, il est formé de plateaux séparés par des îlots montagneux d'une altitude s'échelonnant entre 600 et 1135 mètres. On dénombrait 20.000 individus au milieu des années 1990 parlant 6 dialectes principaux, le fulfuldé étant la langue véhiculaire du Nord-Cameroun ainsi que de plus en plus, le français.

1

Le pays Fali (page 2/2)

Les Fali résistent aux Allemands en 1912, mais subissent par la suite l'influence française. Les enfants sont placés sous surveillance de l'administration coloniale et sous tutelle de Lamibé (ce qui prévaut encore, d'une façon traditionnelle mais non officielle, à la fin du XXe siècle).

Les Fali sont des agriculteurs pratiquant, à l'occasion – et de moins en moins – la chasse et la cueillette. Pendant des siècles, ils ont aménagé les montagnes pour y cultiver le sorgho (céréale), le mil, les haricots, le sésame ou les arachides. À partir des années 1960, ils descendent dans le piémont où ils procèdent à des aménagements spécifiques qui leur permettent d'obtenir, en saison des pluies, ignames, taro, manioc et patates douces.

Les Fali cultivent également des espèces utilitaires comme le coton pour la confection des vêtements et l'indigo pour la teinture. La culture du coton a d'ailleurs fait accéder les Fali à l'économie de marché car il est devenu un produit de vente et de rente permettant d'obtenir de l'argent pour l'achat de produits alimentaires et de biens manufacturés. Cependant, cette culture à plus grand rendement a d'une part, par l'usage de pesticides, eu des conséquences sur la faune et d'autre part provoqué le déboisement de nombreuses aires. Par ailleurs, la mise en jachère des terres, a, quant à elle, imposé d'aller de plus en plus loin et créé un semi-nomadisme qui bouleverse les structures traditionnelles.

La chasse, autrefois, fournissait le principal apport de protéines des Fali. Jusque dans les années 1980, ce qui pouvait rester de gros gibier (antilopes, phacochères) était encore chassé à l'arc et aux flèches empoisonnées. Cette activité a totalement disparu aujourd'hui. Seule subsiste une petite chasse (rongeurs, oiseaux…) pratiquée à l'aide de frondes ou de différentes sortes de pièges par les enfants et les adolescents.

2