< retour

Pour aller plus loin...

Introduction et historique

Saintes possède de nombreux témoignages de la période gallo-romaine qui rappellent l’importance de cette ville dans l’Antiquité : arc, remparts, thermes amphithéâtre, aqueduc, mausolées, statues, stèles funéraires, mobilier du musée archéologique, etc. En effet, Mediolanum Santonum (le nom antique de Saintes) a été la première capitale de la province d’Aquitaine au Ier siècle ap. J.-C. et couverte de monuments de grande qualité comme l’arc municipal votif appelé arc de Germanicus (il jouxte le musée archéologique), seul arc de l’ouest de la Gaule, élevé en 18-19 ap. J.-C. Un artisanat varié se développe et un important atelier de sculpture s’installe. Mais au IIe siècle, la cité des Santons perd son statut de capitale et décline : l’agglomération est réduite des deux tiers et beaucoup de monuments sont abandonnés puis démontés vers la fin du IIIe  siècle afin de bâtir le rempart.

Le musée archéologique présente deux salles distinctes :

la salle lapidaire contient les vestiges en pierre extraits du rempart édifié au IIIe siècle ap. J.-C. Les blocs exposés proviennent de bâtiments privés et publics qui ont été démantelés puis réutilisés dans le mur d’enceinte. Ils permettent de découvrir l’armée romaine grâce aux stèles de légionnaires, la société gallo-romaine (avec un écolier, une mariée, des commerçants) et les bâtiments (colonnades, mausolées, bornes milliaires, aqueduc). L’étude des décors montre les différents styles de chapiteaux, des métopes dont celle de la louve allaitant Romulus et Remus, des armes de gladiateurs et une multitude d’animaux.

La salle du char est organisée autour d’un char antique du Ier siècle, de la reconstitution de la fosse où il été découvert, des objets évoquant le cheval et son importance chez les gallo-romains. Sont aussi présentés les différents produits de l'artisanat (verrerie, céramique, tabletterie, travail des métaux, travail du bois).