Dès le début du XXe siècle, le cirque Sarrazini utilise, pour ses déplacements, la traction automobile (Daimler-Benz), alors que la plupart des cirques continue à se déplacer en train et charge, sur des plates-formes, les fourgons de matériel, les voitures d'habitation du personnel et des animaux.

En France, ce n'est qu'après la guerre de 40 que les gens du cirque parcourent les routes.

Ils récupèrent le matériel américain et l'agencent, selon leurs besoins.

© musée Auto Moto Vélo de Châtellerault © Conseil des musées de Poitou-Charentes