Espace pédagogique

 

François Méchain et les élèves...
 


Autour de la commande passée à François Méchain, un projet pédagogique s'est mis en place à l'initiative des conservateurs et grâce à l'engagement du Rectorat, des enseignants concernés, de Maïté Duffau, conseillère en arts plastiques à l'Inspection de l'Education Nationale, circonscription de Saintes et de Patricia Thouars-Lebreton, professeur agrégé mis à disposition du service éducatif du musée de Cognac.

Son ambition est de proposer aux classes participantes -deux dans chaque ville, relevant du primaire ou du secondaire- un travail sur la subjectivité du regard ; comment la perception d'un lieu peut-être ressentie et traduite par un artiste, selon l'époque, et selon le point de vue…

Ainsi un conservateur de chaque ville a-t-il accueilli chacune des classes pour une visite des musées et une présentation de l'histoire de la peinture de paysages. L'objectif était de familiariser les élèves avec les différents modes de représentation du paysage et de montrer l'évolution du traitement de ce thème à travers les collections depuis la Renaissance jusqu'aux œuvres peintes du temps de Gustave Courbet, en particulier dans son entourage à Port-Berteau. Puis une première rencontre avec François Méchain a eu lieu dans chaque classe dans le courant de l'année scolaire 2000-2001.

Dans un second temps, Nicole Morin, professeur agrégé intervenant à l'IUFM de Poitiers, a fait une intervention sur la représentation du paysage à partir de l'invention radicale du mouvement réaliste instauré par Courbet jusqu'aux créations contemporaines qui inscrivent l'art " dans " la nature, afin de situer le travail de François Méchain dans ce contexte ; des pistes de réflexion et d'exploitation plastique ont été proposées et un suivi mis en place avec chaque classe afin de préparer la visite sur le site et la rencontre avec l'artiste au travail. Celle-ci a lieu fin mars/début avril, à La Grande Porte, sur le lieu de la création en cours de réalisation ; les échanges ont été riches et la médiation de Nicole Morin a permis aux enfants de s'approprier certaines des techniques du land-art :des œuvres éphémères ont ainsi été conçues à partir des matériaux -végétaux- trouvés sur place.

Ces réalisations plastiques ne sont qu'un avant-goût des restitutions que les enfants envisagent de nous offrir : ainsi, par exemple, le 4 mai les classes de Saintes se donnent-elles rendez-vous en pleine ville, en bordure de Charente, pour une performance : leurs installations éphémères répondront, comme celle de François Méchain à Bussac-sur-Charente à une " commande " qui leur est passée dans le cadre de cette opération ; d'autres travaux sont visibles ici même.

 
© Musée de Cognac © Alienor.org, Conseil des musées www.alienor.org