Retourner au sommaire Les origines de la faïence Les grands centres de production de faïence Les différentes sortes de faïences Le décor des faïences

Retourner à la page précédente : introduction aux différentes sortes de faïences

Les faïences proprement dites sont « de grand feu ». Après la cuisson de dégourdi, elles sont entièrement recouvertes ou plongées dans un émail stannifère.
Elles reçoivent ensuite un décor coloré. L’opération est très délicate car la terre est encore poreuse et boit les oxydes colorants. Jusqu'au XVIIIe siècle, les oxydes métalliques connus pour donner les couleurs sont peu nombreux. On a donc que le bleu de cobalt, le vert et le rouge de cuivre, le brun violacé de manganèse, les brun, jaune et rouge de fer. Le bleu de cobalt est la couleur la plus employée car c’est celle qui supporte le mieux la cuisson à haute température.

À partir du XIXe siècle, la palette se nuance avec les couleurs obtenues avec du chrome. On arrive ainsi à avoir plusieurs nuances de rouge, bleu, vert, jaune.

Aller à la page suivante : les faïences de petit feu

Le décor des faïences Ouverture du cartel de l'objet dans une nouvelle fenêtre Ouverture du cartel de l'objet dans une nouvelle fenêtre Ouverture du cartel de l'objet dans une nouvelle fenêtre Ouverture du cartel de l'objet dans une nouvelle fenêtre Ouverture du cartel de l'objet dans une nouvelle fenêtre Ouverture du cartel de l'objet dans une nouvelle fenêtre Ouverture du cartel de l'objet dans une nouvelle fenêtre Ouverture du cartel de l'objet dans une nouvelle fenêtre Ouverture du cartel de l'objet dans une nouvelle fenêtre Ouverture du cartel de l'objet dans une nouvelle fenêtre Ouverture du cartel de l'objet dans une nouvelle fenêtre Ouverture du cartel de l'objet dans une nouvelle fenêtre